Relation avec les clubs : le numéro d’équilibre

  • Ugo Mola (Toulouse)
    Ugo Mola (Toulouse) Icon Sport / Icon Sport / Icon Sport
Publié le / Mis à jour le

Ce premier contingent, partagé entre neuf clubs,a pour particularité de ne mettre aucune équipe dans l’embarras complet niveau effectif.

Mercredi, quand Ugo Mola a pris connaissance de l’identité des quarante-deux joueurs appelés par le XV de France pour le Tournoi des 6 Nations, le manager toulousain a été traversé par un relatif soulagement. Avec huit éléments retenus, son club reste le plus sollicité du championnat et devra composer sans de précieux cadres pendant deux mois : "Une première ligne, une charnière, ton buteur et tes deux meilleurs troisième ligne, cela va avoir un impact", souffle le manager.

Mais, moindre mal, il ne se retrouve pas confronté au casse-tête ultime : il n’aura pas à composer avec deux absences au même poste comme l’an passé quand Antoine Dupont et Sébastien Bézy se côtoyaient en Bleu. "Ce qui m’importait, au-delà du nombre, ce n’était pas forcément qui mais où, prolonge Ugo Mola. Vous vous doutez qu’en fonction des postes, notamment en première ligne, sur la charnière ou au niveau des buteurs, il fallait qu’on sache rapidement." Le pilier gauche Cyril Baille, le talonneur Julien Marchand et le demi de mêlée Antoine Dupont auraient pu être accompagnés par leurs homologues Clément Castets, Peato Mauvaka et Sébastien Bézy. Fabien Galthié et son encadrement en ont décidé autrement.

Intérêts sportifs et considérations politiques

Dans le même cas, Clermont va voir Damian Penaud rejoindre Marcoussis mais conservera Alivereti Raka quand le Racing 92, privé de Camille Chat et de Virimi Vakatawa, pourra compter sur Teddy Baubigny et Olivier Klemenczak pendant cette période ô combien piégeuse pour les ténors. Tout compte fait, le staff du XV de France est parvenu à composer son groupe sans fâcher véritablement personne. Ou quand les intérêts sportifs parviennent, semble-t-il, à coïncider avec les considérations politiques… En panachant la sélection de manière plutôt équilibrée entre neuf clubs — Toulon et Toulouse (huit appelés), Bordeaux-Bègles, Racing 92 et Montpellier (cinq), Stade français (quatre), Lyon (trois), Clermont et La Rochelle (deux) — et en évitant les doublons au sein d’une même équipe, Fabien Galthié s’assure un début de mandat plutôt serein sur le front des relations fréquemment tumultueuses entre FFR et LNR.

Voir les commentaires
Réagir