Clermont emporté par la foule

  • Le public clermontois a porté Alexandre Fischer et les siens, auteurs d’une très belle partie contre les Ulstermen.
    Le public clermontois a porté Alexandre Fischer et les siens, auteurs d’une très belle partie contre les Ulstermen. Icon Sport / Icon Sport / Icon Sport
Publié le / Mis à jour le

Portés par une affluence record de 19 004 spectateurs dans un stade michelin en fusion, les Auvergnats ont su faire fi des blessures d’Iturria et Lee en troisième ligne pour remporter un match qui apparaissait fort compromis, et assurer leur qualification en quarts de finale.

Il y aurait probablement beaucoup à dire, ou à écrire, au sujet de l’évolution du public auvergnat depuis une grosse douzaine d’années. Faut-il y voir un brin d’arrogance, fruit des premiers Brennus gagnés, ou l’aigreur de huit finales perdues sur dix disputées, hors Challenge européen ? Probablement un peu des deux, allez… Reste que si la bonhomme procession des Bibs s’est progressivement muée en un public devenu toujours plus chauvin et critique au fur et à mesure qu’on lui accolait le flatteur sobriquet de Yellow Army, on peut aussi considérer que cette mue n’est finalement allée qu’avec l’air du temps. Et qu’une constante demeure, au moins, à savoir cette incroyable fidélité, ainsi que sa capacité à transcender son équipe lorsque celle-ci en ressent réellement le besoin. Les appels au soutien lancés dans la semaine par le manager Franck Azéma ou le capitaine Morgan Parra étaient ainsi d’autant moins anodins qu’ils ont été entendus, débouchant sur un record d’affluence au Michelin, qui a dépassé pour la première fois samedi la barre symbolique des 19 000 spectateurs. Les tribunes Phliponeau, Auvergne ou Limagrain se transformant pour l’occasion en véritable mur jaune, qui pesa du poids d’un homme supplémentaire lorsqu’il s’agit pour les Clermontois de défendre à plusieurs reprises leur ligne d’en-but, notamment durant l’exclusion temporaire de Morgan Parra. "Défendre la ligne comme ça, c’était beau, nous soufflait le capitaine. Parce que dans ces moments-là, si un seul joueur flanche, c’est toute l’équipe qui craque. Et là, tout le monde a tenu le coup. " Des moments cruciaux puisqu’ils réduisirent à néant le plan probablement trop ambitieux de l’Ulster de jouer le KO, alors que la sagesse aurait probablement demandé de creuser l’écart au score en marquant des points. "Nous avons eu les opportunités de contrôler ce match en fin de première mi-temps et nous ne l’avons pas fait, convenait le capitaine nord-irlandais Iain Henderson. Mais les Clermontois n’ont rien lâché, transcendés par leur public. Quand on joue à Ravenhill, on sait bien comment la foule peut pousser derrière nous et nous apporter un supplément d’âme. Mais samedi, c’est les Clermontois qui l’avaient avec eux. "

Parra : "On voit à quel point c’est important de recevoir"

D’où l’intérêt, évidemment, de se battre jusqu’au bout pour accrocher une qualification devant ce même public… "Ce ne sera pas une formalité de gagner chez les Harlequins, prévenait le manager Franck Azéma. On va savourer cette victoire avant de bien nous préparer pour jouer cette belle équipe. Nous avons l’opportunité d’aller chercher un quart de finale à domicile, et je ne crois pas qu’on ait une seule fois pensé que les Anglais pourraient nous rendre la tâche facile. " Un aveu de nature à devancer les risques de décompression susceptibles d’être ressenties une fois le premier objectif de la qualification atteint, que le capitaine Parra biffait également. "La motivation sera là, c’est sûr… Quand on voit l’engouement qu’il y a eu au stade, on a forcément envie de revivre ça… On attendait une grosse ambiance, et on l’a eue. Les joueurs ont tout donné et on a eu un grand public derrière nous, qui nous l’a rendu en répondant présent. C’est dans ce genre de match qu’on voit combien c’est important de recevoir, et cela doit nous déterminer encore plus à aller chercher un succès chez les Harlequins." "On sait qu’on dépend un peu des autres, mais en ce qui nous concerne, on ne veut rien lâcher, concluait l’homme du match Alexandre Fischer. On n’a rien revendiqué dans cette compétition, mais on a tout de même confiance en nous. Cette équipe de l’Ulster était très belle, très structurée, très ch… à jouer, mais on savait au fond de nous qu’en mettant les bons ingrédients, notre équipe avait le potentiel pour se qualifier. On a fait une partie du job, maintenant il reste à le faire jusqu’au bout. " Emportés par une foule qui risque de faire encore beaucoup de bruit de l’autre côté de la Manche. Et plus si affinités…

Voir les commentaires
Réagir