Dumortier prend date

  • Malgré la défaite, Pierre Mignoni peut se satisfaire des expérimentations qu’il a mises en place : les titularisations d’Étienne Oosthuizen en 8 (au plaquage) et d’Ethan Dumortier en 13 (à droite).
    Malgré la défaite, Pierre Mignoni peut se satisfaire des expérimentations qu’il a mises en place : les titularisations d’Étienne Oosthuizen en 8 (au plaquage) et d’Ethan Dumortier en 13 (à droite). Sportsfile / Icon Sport / Sportsfile / Icon Sport / Sportsfile / Icon Sport
Publié le / Mis à jour le

Titularisé pour la deuxième fois au niveau professionnel, Ethan Dumortier, le jeune trois-quarts centre du Lou a pu s’étalonner face aux références irlandaises : Henshaw et Ringrose.

Pierre Mignoni l’avait avoué, en toute franchise. En termes de résultat, ses hommes n’avaient aucune obligation lors de ce déplacement sur les terres du Leinster. L’idée consistait plutôt, lors de ce crash-test chez les quadruples champions d’Europe, à procéder à des expérimentations à balles réelles. On pense ainsi, pêle-mêle, aux titularisations d’Étienne Oosthuizen au poste de numéro 8 et de Kilian Geraci en flanker pour une troisième ligne new-look. Sans oublier le repositionnement de Jean-Marcellin Buttin à l’ouverture, ou les évaluations de Martial Rolland en deuxième ligne ou celle d’Alkhazashvili au talonnage. Et si tous les tests effectués par Mignoni ne se sont pas forcément bien passé, à l’image de Geraci, touché au genou et remplacé par Lambey dès la 2e minute), le manager lyonnais pourra ressortir quelques relatives satisfactions de ce déplacement. Buttin fut ainsi très intéressant dans l’animation du jeu. Et une certitude, à savoir celle de disposer d’un futur bon joueur en la personne d’Ethan Dumortier…

"Mes coéquipiers m’ont rassuré"

Mais cela étonnera-t-il quelqu’un, dans l’aréopage du club rhodanien ? Certainement pas. Ethan Dumortier fait depuis quelques mois figure de bombe à retardement, dont l’explosion est programmée à moyen terme. Doublement surclassé l’été dernier au sein de l’équipe de France moins de 20 ans sacrée championne du monde en Argentine (il n’y a disputé que le match inaugural face aux Fidjiens, recevant à l’occasion un carton jaune pour plaquage dangereux), Dumortier n’a évidemment pas la notoriété de ses partenaires de club que sont Demba Bamba, Pierre-Louis Barassi, Kilian Geraci ou Clément Laporte.

Reste qu’à seulement 18 ans, le jeune homme commence à faire son trou au sein de l’effectif lyonnais. Déjà titularisé à l’aile droite à Trévise, le jeune lyonnais en était ressorti légitimement frustré, moins par la défaite que par le fait d’avoir été très peu investi dans le jeu (seulement un ballon touché pour deux plaquages). "C’était quand même une super expérience, j’appréhendais un peu dans quel état j’allais être avant le match, mais tous mes coéquipiers m’ont bien rassuré, souriait-il dans la semaine. Cela me permet au moins de moins me poser de questions lors de ce match au Leinster, même si la qualité de l’adversaire n’aura rien à voir, puisqu’on touche là au top niveau européen…"

Un match qu’Ethan Dumortier a eu le redoutable privilège de démarrer à son poste de prédilection, celui de deuxième centre… Soit en opposition directe avec la redoutable paire irlandaise composée de Robbie Henshaw et Garry Ringrose, respectivement 40 et 28 sélections en équipe nationale d’Irlande. Un bizutage en règle, vous dites ? Il y a malheureusement de ça. Dumortier, à l’image de ce carton jaune récolté pour une accumulation de hors-jeu, livra une prestation globalement timide. Mais au moins, le jeune lyonnais a eu le mérite de compenser son manque d’implication offensive (un seul ballon touché, encore..) par une belle débauche d’énergie en défense. Ses 9 plaquages réalisés lui valent le titre anecdotique de meilleur plaqueur de la ligne de trois-quarts rhodanienne. La preuve d’un caractère certain, et forcément une promesse pour des jours plus radieux. Une échéance pour laquelle Ethan Dumortier a le temps, tellement de temps…

Voir les commentaires
Réagir