Évrard-Dion Oulai : sa révérence à son ami Diarra

  • Évrard-Dion Oulai
    Évrard-Dion Oulai JF Sanchez / Icon Sport / JF Sanchez / Icon Sport / JF Sanchez / Icon Sport
Publié le / Mis à jour le

Le joker médical de Montauban, Évrard-Dion Oulai a apporté toute sa puissance dans le succès des siens. Rendant hommage à son ami Ibrahim Diarra, que Sapiac a pleuré vendredi.

Il n’aurait pas pu exprimer de plus beaux adieux. évrard-Dion Oulai a payé ses hommages à son ami Ibrahim Diarra, décédé à seulement 36 ans des suites d’un arrêt cardio-vasculaire. Depuis ce tragique 18 décembre, Sapiac n’avait pas eu l’occasion de rendre hommage à son ancien joueur. C’est chose faite, et de belle manière. Pendant quatre ans dans la cuvette, "Ibou" a laissé des traces, à y voir l’émotion présente dans les tribunes et au bord de la pelouse avant le coup d’envoi. Même parmi les joueurs. Particulièrement sur le visage de l’Ivoirien, qui a côtoyé de très près l’ancien international français. "à mon arrivée en France, un ami me présente Ibou qui m’a accueilli chez lui et donné de précieux conseils, raconte évrard-Dion Oulai, encore très ému au coup de sifflet final. C’est quelqu’un d’adorable, avec un grand cœur, que je voyais souvent. Jouer pour lui ce soir m’a fait énormément plaisir. J’ai défendu cette cause de tout mon cœur. Voir sa photo et vivre cette minute d’applaudissements, c’était très fort pour moi."

Une action peut symboliser tout l’engagement du puissant deuxième ligne dans cette rencontre. Au sol pendant plusieurs minutes, il est touché à l’épaule et s’apprête à sortir sur les ordres du kiné. Mais voyant le ballon lui passer sur la tête, il en décide autrement. "Je vois que ce coup de pied amène du danger donc je me relève immédiatement et je joue la balle pour éviter l’adversaire." Plus qu’écarter le danger, le joueur de 26 ans passe en revue trois défenseurs et perce sur trente mètres le long de l’aile droite. Sa prestation dans le cœur du jeu a permis aux siens de se mettre à l’abri une fois la mi-temps sifflée.

Un moteur pour son équipe

évrard-Dion Oulai est le vrai tube de l’hiver dans le Tarn-et-Garonne. Débarqué de Bayonne en qualité de joker médical, celui-ci a pleinement rempli les attentes placées en lui. Le président Jean-Claude Maillard, en poste depuis deux mois, est apparu très satisfait de l’une de ses deux recrues : "évrard a été extraordinaire de courage ! Il a fait un grand match. On avait en début de saison un déficit de puissance et Evrard a permis de combler ce déficit." De plus, le colosse (1,98 m, 135 kg) a drainé tout autour de lui. La deuxième période voit les locaux plier pendant plus de vingt minutes mais sans jamais rompre. "On a été solidaire et on n’a pas encaissé d’essai, note le talonneur Cyril Deligny. C’est très bon pour le groupe." Pour cette prestation pleine de courage et auréolée de ce premier bonus offensif, le groupe montalbanais d’Evrard-Dion Oulai peut donc remercier leur ange au sourire inoubliable, qui leur a permis de se transcender.

Voir les commentaires
Réagir