Suivez le guide rochelais

  • Décisif tout le long de la rencontre, l’ancien All Black a montré toute l’étendue de son talent.
    Décisif tout le long de la rencontre, l’ancien All Black a montré toute l’étendue de son talent. Icon Sport / Icon Sport / Icon Sport
Publié le / Mis à jour le

Dans le sillage d’un Kerr-Barlow étincelant, les Rochelais ont dominé les Anglais de Sale pour signer leur deuxième victoire de la saison en Champions Cup, la première à domicile.

Le noir lui allait si bien pendant des années avec la tunique all black. Vendredi soir, on ne vit que lui en jaune. Face à Sale, Tawera Kerr-Barlow a endossé le costume d’homme du match, guide d’une formation rochelaise bousculée collectivement en début de match et qui s’est fait peur jusqu’au bout. Après la démonstration contre Pau le week-end dernier, le public de Marcel-Deflandre attendait ses héros, retrouvés dans le jeu depuis quelques semaines et en bonne position en championnat. Pratiquement éliminés de la Champions Cup, ce match La Rochelle - Sale était, mine de rien, important pour les Rochelais. D’une part, pour signer leur première victoire à domicile de la compétition après deux défaites décevantes contre Exeter et Glasgow. D’une autre, pour ne pas casser la dynamique actuelle (deux succès bonifiés avant la rencontre). C’est donc en confiance et légèrement remaniés que les Maritimes débutèrent la revanche de la dernière demi-finale de Challenge Cup. Mais pas de la meilleure des manières...

Vingt premières minutes délicates où les Rochelais furent surpassés dans les duels, les collisions, et logiquement menés 10 à 0 après un essai précoce du Sud-Africain Jean-Luc Du Preez. "Ces matchs servent également à préparer la fin de saison en Top 14, expliquait Grégory Alldritt, de retour de blessure après un mois d’absence et récemment appelé en équipe de France. On ne peut pas se permettre de faire une première mi-temps moyenne, voire en n’étant pas au niveau, puis livrer 35 minutes de qualité avant de lâcher lors des cinq dernières." Et Kerr-Barlow dans tout ça ? Le Néo-Zélandais aux 28 sélections a tout secoué son monde, remis la machine rochelaise dans l’avancée et réchauffé Marcel-Deflandre. Comment ? D’abord en démontrant sa vision du jeu sur un ballon de turnover bien exploité par Pierre Bourgarit, avec un coup de pied de recentrage parfait pour Levani Botia, amenant le premier essai remettant les Rochelais dans le match. Puis en étant opportuniste et plein de vista avec une interception deux minutes plus tard pour faire basculer son équipe devant au tableau d’affichage. Enfin pour offrir le troisième essai à Doumayrou, après une nouvelle percée dans l’axe. Copie parfaite.

Avec Gourdon, Kerr-Barlow parle le même rugby

"On s’est dit des choses dans le vestiaire. Le coach mais surtout les joueurs et le capitaine." Le pilier gauche Mike Corbel confirmait après coup que la mi-temps avait fait du bien aux Maritimes. Manière de se remettre les idées en place. Mieux collectivement, les Jaune et Noir allaient une nouvelle fois s’en remettre à Kerr-Barlow mais aussi à un Kevin Gourdon qui s’afficha à son meilleur niveau. Face à la défense agressive anglaise, l’ancien All Black a tout compris. En portant davantage le ballon aux bords des rucks, des espaces s’ouvrirent. En joueur intelligent qu’il est, Gourdon se proposa lui de nombreuses fois dans son sillage. En cassant le premier plaquage, il pouvait ouvrir des brèches sur le renversement. "On a gagné quelques collisions, des rucks importants et il y avait des zones de cassure proches de ces rucks, contait Patat, l’entraîneur des avants. Tawera a saisi les opportunités, Kevin aussi." Après des débuts capricieux, Kerr-Barlow est définitivement le guide du pack rochelais. Quand ce ne sont pas les jeunes qui prennent la lumière, La Rochelle s’en remet à un All Black. Il y a pire.

Paul Arnould
Voir les commentaires
Réagir