• Contre Leicester, Ben Smith, qui déborde ici Manu Tuilagi, a prouvé qu’il était toujours un joueur de classe mondiale.
    Contre Leicester, Ben Smith, qui déborde ici Manu Tuilagi, a prouvé qu’il était toujours un joueur de classe mondiale. MAXPPP / Le Deodic David / MAXPPP
Publié le / Modifié le
Challenge Cup

Ben Smith, héros maudit

Pau pour son retour de suspension, l’arrière All Black a démontré qu’il pouvait redonner confiance à la Section paloise.

L’aventure paloise en Challenge Cup est terminée. La Section en sort la tête haute, après un succès de prestige face aux Tigres de Leicester. Il a malheureusement manqué le point de bonus offensif pour éliminer les Scarlets qui décrochent le dernier billet après leur succès bonifié sur la pelouse des London Irish (poule 2). Ce point de bonus offensif qui aurait tout changé, les Palois l’ont pourtant célébré à la 53e minute après avoir félicité leur arrière Ben Smith qui venait de se coucher dans l’en-but anglais pour inscrire son premier essai sous ses nouvelles couleurs. L’essai du triomphe était finalement refusé après recours à l’arbitrage vidéo. L’action était pourtant magnifique avec un coup de pied d’Antoine Hastoy sur l’aile de Vincent Pinto, qui remportait son duel aérien en rabattant le ballon sur Lekima Tagitagivalu. Une claquette finalement jugée illicite, au grand dam du troisième ligne Antoine Erbani : "Nous avons l’impression d’avoir eu ce point de bonus et qu’on nous l’a enlevé. Il doit y avoir en-avant d’un ongle. ça ne me paraît pas clair. Je ne sais pas ce que ça lui coûte de nous le laisser cet essai. Mais il ne faut pas bouder notre plaisir d’avoir battu une telle équipe."

Un surplus de confiance

La Section vient surtout d’enchaîner deux victoires pour reprendre un peu d’air dans cette saison devenue un peu étouffante, renouant avec le succès au Hameau. La qualification n’était pas forcément un objectif, d’autant plus que la suite de la compétition aurait forcément été délicate en décrochant le dernier strapontin. Alors, le co-manager Frédéric Manca n’était pas forcément frustré par le scénario de la rencontre : "Nous n’avons pas à rougir de notre campagne européenne. Si on perd la qualification, c’est peut-être parce que nous n’avons pas réussi à prendre un point à Leicester ou à cause de notre match loupé à Cardiff. Ce n’est pas à cause du bonus manqué ce soir […] Une victoire reste une victoire, Évidemment, nous aurions préféré l’emporter avec bonus et nous qualifier. Nous avons retrouvé un peu de confiance donc ça reste une journée positive. Je suis content de ce que j’ai vu aujourd’hui, notamment l’entame de match avec deux essais bien construits et un jeu maîtrisé, celui que l’on aime."

Murphy : "smith a été exceptionnel"

Un jeu offensif séduisant qui doit beaucoup à la performance de Ben Smith, positionné à l’arrière pour son retour à la compétition après avoir purgé sa suspension. Geordan Murphy, le manager des Tigers, n’était pas dupe au moment d’expliquer la défaite de son équipe : "Ben Smith a été exceptionnel !" Il est vrai que l’ancien All Black a été à l’origine des deux premiers essais marqués par Vincent Pinto. Il aurait aussi dû être décisif en inscrivant le quatrième essai si Monsieur Whitehouse n’avait pas été pointilleux. Héros maudit ce samedi, le Néo-Zélandais a démontré qu’il serait un joueur déterminant pour la phase retour en Top 14. "On connaît ses qualités et on sait ce qu’il peut amener dans un effectif, ne serait-ce qu’en termes de confiance", souriait Frédéric Manca, conscient que ses joueurs avaient souvent cherché leur arrière qui est venu se proposer près d’Antoine Hastoy. "Il apporte énormément de choses à l’équipe. Il a toujours trouvé un moyen de faire avancer l’équipe. Nous avons réussi à créer pas mal de choses à partir de là." Reste aussi à savoir comment le staff va utiliser cette arme à l’avenir et notamment à Brive lors de la prochaine journée dans un match très attendu. Lors de sa première en Top 14 à Paris, Ben Smith avait été titularisé à l’aile. Mais il a démontré qu’il pouvait beaucoup plus apporter à l’arrière.

Voir les commentaires
Réagir