• Enzo Herve (Brive)
    Enzo Herve (Brive) Icon Sport / Icon Sport / Icon Sport
Publié le / Modifié le
Top 14

Six dans la course au maintien

Cette 14e journée du championnat est, entre autres, marquée par deux confrontations directes entre candidats déclarés au maintien : Brive-Pau, samedi à 18 heures, et Bayonne-Agen, dimanche à 12 h 30. Des rencontres à double tranchant pour les équipes concernées. Pour l’heure, Brive semble être le plus solide des concurrents et Agen paraît en ballottage défavorable. Mais rien n’est encore acté alors que Castres et le Stade français doivent aussi lutter pour leur survie. Avant d’espérer peut-être mieux.

Ce samedi, le Top 14 va entrer dans sa phase retour. Pour les candidats déclarés au maintien, cette 14e journée marque un tournant très attendu. Le mini-championnat officieux mettant aux prises les quatre plus petits budgets de l’élite va donner lieu à deux confrontations directes : Brive et Pau en découdront ce samedi sur la pelouse Amédée-Domenech et, le lendemain, Bayonne recevra Agen à Jean-Dauger.

Pour les quatre formations, ces rencontres comportent un double enjeu : il s’agit d’emmagasiner des points cruciaux et d’en priver un concurrent direct. Sans oublier la question des points terrain, primordiale en cas d’égalité, et l’impact sur le plan psychologique pour la suite de la saison. À l’heure actuelle, neuf longueurs séparent Brive, neuvième, d’Agen, la lanterne rouge, Pau et Bayonne étant intercalés. D’ici dimanche, la dynamique de la lutte pour le maintien risque d’être bouleversée. À domicile, Brive se voit offrir l’occasion de prendre le large et Bayonne de se relancer quand Pau craint de s’enliser dans le doute et Agen de voir l’écart se creuser. Tout le contraire peut aussi se produire et ainsi rebattre les cartes. Par-delà la situation comptable des uns et des autres, les quatre équipes espèrent un rebond favorable maintenant, après trois mois délicats, entre mésaventures en Top 14 et parenthèses européennes sans grand intérêt.

Ballottage défavorable pour Agen

La période de contrariétés coïncide logiquement avec l’après Coupe du monde et le retour à l’ordinaire. Au terme du Mondial, ces formations pointaient toutes dans le top 10 : Bayonne à la troisième place, Pau et Brive à la septième et Agen au dixième rang. Depuis, avec le retour des internationaux, les équipes les moins armées avancent moins vite. Sur les cinq journées disputées depuis début novembre, Brive, plutôt solide et porté par des individualités en verve, a résisté avec huit points (une victoire, un nul, trois défaites) et Pau (un succès, quatre revers), en perte de confiance, a grappillé six unités quand Agen (cinq défaites), trop fébrile dans les moments clés, et Bayonne (un nul et quatre revers), revenu sur terre, ont dû se contenter de miettes avec deux pions récoltés. Dans le même temps, leurs principaux concurrents, les Parisiens (onze points) et les Castrais (neuf points), ont retrouvé une cadence plus conforme à leurs ambitions et peuvent espérer remonter dans la hiérarchie sur la phase retour.

Dans l’actuel championnat de bas de tableau, trois équipes étaient attendues — les promus Bayonne et Brive et le douzième de la saison passée, Agen, une était pressentie — Pau — et deux paraissaient un ton au-dessus — Castres et le Stade français. Parmi ces six formations en posture délicate, une sera reléguée et une seconde devra batailler lors d’un barrage. Pour l’heure, de par sa situation comptable et sa dynamique, le SUALG de Christophe Laussucq se trouve en ballottage défavorable comme le technicien l’avait craint l’été dernier, évoquant « certainement la saison la plus dure pour le maintien. » Mais les Lot-et-Garonnais ont encore leur destin en mains. Le mois à venir risque tout particulièrement d’être décisif pour les pensionnaires d’Armandie avec deux déplacements à Bayonne et Brive entrecoupés de la réception de Castres. La bataille du maintien est loin, très loin d’avoir connu son dénouement.

Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir