La peur primale des Biterrois

  • Uwanakoro TAWALO of Beziers celebrates a try during the Pro D2 match between Beziers and Carcassonne at Stade de la Mediterranee on December 13, 2019 in Beziers, France. (Photo by Alexandre Dimou/Icon Sport) - Uwa TAWALO - Stade de la Mediterranee - Béziers (France)
    Uwanakoro TAWALO of Beziers celebrates a try during the Pro D2 match between Beziers and Carcassonne at Stade de la Mediterranee on December 13, 2019 in Beziers, France. (Photo by Alexandre Dimou/Icon Sport) - Uwa TAWALO - Stade de la Mediterranee - Béziers (France) Icon Sport / Icon Sport / Icon Sport
Publié le / Mis à jour le

Battus pour la troisième fois chez eux, les Héraultais ont dit adieu aux phases finales.

Au premier coup d’œil, le danger paraît faible. Onze points séparent aujourd’hui l’ASBH du premier reléguable, Rouen. Et pourtant, Francisco Fernandes n’a pas pu s’empêcher de pousser un cri du cœur après ce quatrième revers consécutif : "Il faut briser cette spirale négative et surtout maintenant, parler de sauver le club. On n’est plus… Punaise, c’est galère ! Et heureusement qu’on a quelques points d’avance."

Un constat lucide partagé par l’expérimenté demi de mêlée, Arnaud Pic : "Je pense que ce serait une erreur de ne pas croire ou de ne pas faire attention (à la zone rouge, N.D.L.R.). Il faut en être conscient. Les matchs qui arrivent sont très importants. On sort de trois rencontres en 2020, avec zéro point à la clé. Désormais, ce n’est pas très grave si ce n’est pas joli, les gens ne seront peut-être pas contents, mais il faut gagner à tout prix."

Dès vendredi en Normandie, où les Biterrois feront face à un rendez-vous crucial. Une cinquième défaite d’affilée, et ils verraient les Rouennais revenir à portée de tir. Avant de recevoir le week-end suivant, la lanterne rouge aurillacoise, avec la peur au ventre. "Quand tu es au milieu ou au fon du classement, personne ne te laisse rien. On sait donc que l’équipe va être attendue de partout et que dans deux semaines, Aurillac va venir chez nous pour essayer de faire un résultat. Même s’il ne l’avait peut-être pas prévu à la base. Il ne faut pas se leurrer !", conclut le numéro neuf. Mission maintien déclarée !

Julien Louis
Voir les commentaires
Réagir