Les Grenoblois "tueurs" migrateurs

  • Capelli et Fourcade, deux grands artisans de la victoire grenobloise.
    Capelli et Fourcade, deux grands artisans de la victoire grenobloise. Icon Sport / Icon Sport / Icon Sport
Publié le / Mis à jour le

Les Isérois enchaînent un quatrième succès et s’imposent pour la cinquième foisà l’extérieur. Avec 22 points récoltés, ils sont (avec Colomiers) les meilleurs voyageurs de Pro D2.

"Effectivement, c’était le match parfait à l’extérieur." En préambule, Stéphane Glas livre une vérité, sans vantardise mal placée. à Béziers, ses hommes ont atteint des sommets tactiques. Sans jamais dévier de leur plan gagnant. "J’étais un peu inquiet sur les premières minutes, car on manque un jeu au pied, puis une sortie de camp, on n’était pas… Ça a duré peu de temps. Et après l’essai, je nous ai sentis beaucoup plus maîtres de notre match", ajoute le manager. Un premier tournant signé de la patte d’Enzo Selponi (voir match). à la 7e minute, les Grenoblois avait déjà validé la première étape de leur mission : prendre l’avantage au score tôt, pour faire douter leurs hôtes. Glas explique : "J’avais demandé aux mecs de répondre présent dès l’entame, pour être devant au score. Afin que nos adversaires ne reprennent pas confiance, qu’ils ne sentent pas quelque chose se passer avec le public et qu’ils tiennent ensuite leur match."

Second objectif : étouffer les Héraultais sur leurs points forts : le jeu d’avants, l’agressivité et l’affrontement.

Un pack du tonnerre !

Dominateurs sur le défi physique pendant plus d’une heure, mais aussi en touche et auteurs de mauls dévastateurs, les visiteurs sont parvenus à annihiler toute révolte adverse : "J’ai beaucoup aimé l’état d’esprit des joueurs. Nous avons eu une très bonne conquête, une excellente touche et plutôt une bonne mêlée."

Troisième commandement : faire preuve de réalisme. Profitez des erreurs biterroises, de leur indiscipline et de chaque incursion dans leur camp, comme du moindre rebond heureux, pour scorer : "Dès qu’on a lancé le jeu et qu’on est rentrés dans leurs quarante mètres, on a pris des points. Que ça soit à la main sur la première mi-temps ou sur du jeu au pied." Secteur dans lequel Gaëtan Germain a inscrit vingt points (voir ci-dessous)…

Performants en défense, précis dans l’occupation du terrain au pied malgré quelques erreurs, ils n’ont rien offert aux Rouge et Bleu. Hormis quelques renvois cafouillés. Une démonstration de maîtrise, embellie de quelques coups d’éclats offensifs. Et d’un sang froid remarquable affiché dans le money-time, habituel moment fort de l’ASBH: "La dernière victoire à l’extérieur c’était à Aurillac (14-19, le 10 janvier ; N.D.L.R.), mais on n’avait pas fait un bon match de rugby, clairement. Aujourd’hui (vendredi), on savait qu’en faisant la même prestation, on ne repartirait sans rien", conclut Stéphane Glas. Les Isérois apprennent vite. Et à Nevers dimanche, ils auront l’occasion d’assoir leur statut de meilleurs voyageurs de l’Hexagone.

Julien Louis
Voir les commentaires
Réagir