L’important est ailleurs pour le RC Vannes

  • Saison 2019-2020 - Pro D2 - le 24 janvier 2020 à Colomiers (Bendichou) - Colomiers contre Vannes (23-7) - Agustin Costa Repetto
    Saison 2019-2020 - Pro D2 - le 24 janvier 2020 à Colomiers (Bendichou) - Colomiers contre Vannes (23-7) - Agustin Costa Repetto Midi Olympique - Stéphanie Biscaye
Publié le

Les Bretons ne paraissaient pas très déçus de leur prestation. Ce qui ne fut pas le cas de l’arbitrage, contesté après la rencontre.

Pour le RC Vannes, la belle série entamée avant la trêve des confiseurs s’arrêtera donc à trois succès. Pas de quoi toutefois faire sortir de ses gonds Jean-Noël Spitzer. Le manager général des Bretons ne se montrait pas "déçu" de ce qu’il avait vu. Justification et longue confession à l’appui : "Je ne suis pas déçu. Parce qu’il y a des scénarios de matchs qui sont compliqués et celui-là en fait partie. Je suis content de l’investissement des joueurs dans le combat, ils se sont accroché tout le match, ils n’ont pas abdiqué avec ce dernier essai et ce n’était pas évident parce que vu le scénario du match et un arbitrage à sens unique...Je pense aux ballons portés et à des décisions très sévères de M. Noirot sur le carton jaune contre Eric Fry notamment. Au final c’est un match où Colomiers doit marquer un bonus offensif sans problème. Et ils ne l’ont pas marqué, donc ça c’est plutôt positif, les joueurs se sont livrés, malgré une équipe remaniée. Malgré aussi pas mal de coaching en cours de match. L’équipe s’est bougée, et est allée chercher un dernier essai. C’est bien sur l’état d’esprit, parce que les sorties précédentes que nous avions fait ici cela n’avait pas été le cas. L’année dernière (25-3) nous avions constamment subi dans le combat. Dans l’état d’esprit, c’était moche."

La sixième place dans les têtes

Beau joueur, Spitzer prenait avec lucidité cette sortie infructueuse, qui n’enraye en aucun cas la dynamique enclenchée par la victoire acquise à Mont-de-Marsan lors de la 16e journée. "Nous savions aussi que c’était un bloc où il fallait faire tourner. Des joueurs devaient être relancés. Il n’y a pas de dynamique de cassé. La dynamique aurait été cassée si nous avions pris un point de bonus offensif dans la gueule (sic). Puis, Colomiers n’a pas perdu depuis le match à la Rabine. On leur avait mis un bonus offensif, eux ils n’en ont pas mis. Il ne faut pas jeter le bébé avec l’eau du bain." Même son de cloche du côté du capitaine Jules Le Bail, qui se projette sur la réception de Provence Rugby. "Nous sommes dans la course, on a perdu à Colomiers mais on n’est pas mort. Si on bat Provence, le bloc sera validé." Et la sixième place,peut-être retrouvée.

Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?