Montpellier au courage !

  • Jean-Baptiste Élissalde (Montpellier) lors d'une séance d'entraînement
    Jean-Baptiste Élissalde (Montpellier) lors d'une séance d'entraînement Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Agressifs mais trop indisciplinés puis complètement dépassés, les Héraultais ont su réagir dans les vingt dernières minutes pour accrocher un point de bonus.. Miraculeux.

Le point de bonus défensif est-il miraculeux pour le MHR ? "Ça dépend de quel côté tu te positionnes. Inespéré oui et non. Il vient récompenser l’abnégation des garçons, qui y ont cru jusqu’au bout", réagissait Xavier Garbajosa. La vue d’ensemble de la rencontre vient toutefois à l’encontre des propos du Toulousain. Car si son équipe a bien débuté la rencontre face à La Rochelle, se montrant dangereux dès les premières secondes et en ouvrant la marque, elle a bien trop subie globalement. Le premier essai de Reilhac provient d’ailleurs d’une énorme erreur rochelaise et d’un bon ballon de récupération bien négocié par le champion du monde Handré Pollard. Avec onze points d’avance, le coup semblait parfait. Seulement les erreurs individuelles permirent aux Rochelais de tout de suite recoller, et l’indiscipline chronique au buteur maison Jules Plisson d’en profiter (onze pénalités et un carton jaune). À l’issue du match, une question s’impose : comment les Héraultais ont pu avoir un trou d’air aussi flagrant durant quarante minutes, passant de 11 à 3 en leur faveur à 11 à 32 à l’heure de jeu ? "C’est souvent l’enchaînement de petites erreurs qui font qu’on est à la faute ou qu’on encaisse des essais, regrettait le capitaine Kélian Galletier. Mais comme je l’ai dit, je pense qu’on est en progrès et au moins ce soir on s’est démontrés qu’on était capables de très bonnes choses."

Un état d’esprit retrouvé

Dès l’entame, les Montpelliérains ont montré de la dureté dans les zones de rucks, leur marque de fabrique, symbolisé parfaitement par le talonneur Bismarck Du Plessis. Néanmoins, au fil de la première période, cet engagement positif s’est transformé en surplus et les coéquipiers de Fulgence Ouedraogo ont été trop souvent pénalisés, offrant aux Rochelais des munitions dans leur camp et de bons lancements de jeu pour les trois-quarts. Malgré ce trou d’air inquiétant, Xavier Garbajosa voulait retenir l’état d’esprit de son groupe, irréprochable. Un motif d’espoir pour la suite. "Comme je leur ai dit, l’état d’esprit ça ne s’achète pas au supermarché. Aujourd’hui ils l’ont eu. Mais ce genre de trou d’air ça va nous couter cher." Quoi qu’il en soit, le MHR n’a toujours pas gagné à l’extérieur. Et s’il s’est rassuré dans l’état d’esprit, la défaite à La Rochelle implique une sortie du Top 6 à l’issue de cette 14e journée. Rien d’alarmant mais ce constat froid et amer qui semble s’imposer, celui que les Montpelliérains semblaient assez loin du niveau de jeu affiché par leurs adversaires du soir malgré un match qu’ils auraient pu gagner.

Paul Arnould
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?