Nevers : Un pack avec mention

  • Frank Bradshaw (Nevers)
    Frank Bradshaw (Nevers) Icon Sport / Icon Sport / Icon Sport
Publié le / Mis à jour le

Portée par un pack royal, l’Uson réussit son meilleur match à domicile de la saisonet confirme sa belle reprise avec une deuxième victoire bonifiée en trois rencontres.

L’ardoise du match aller est effacée. Concassée, même. à Aix-en-Provence, le pack neversois avait plié. Trois mois plus tard, il a pris une revanche éclatante, du premier ballon porté amenant une pénalité convertie à la dernière série de mêlées offrant à l’ailier Zebango le sixième essai sur une limpide "8-9-sautée".

Impériaux en touche autour d’un Bradshaw stratosphérique, impitoyables à la poussée, inarrêtables sur les ballons portés, les "gros" usonistes ont récolté des brassées de pénalités et dégagé la route pour une charnière et des trois-quarts au diapason. Sevré de beau jeu cette saison, le public du Pré-Fleuri avait le gosier et les paumes en feu après 80 minutes toniques et inspirées.

"C’était important de donner un peu de plaisir aux gens, ça fait six mois qu’ils galèrent dans la vie et au stade", pointe le deuxième ligne Thomas Ceyte, mine apaisée de guerrier repu. "Pour nous, les avants, c’est notre match référence, on les a pris à la gorge d’entrée, et on n’a rien lâché jusqu’au bout. On a continué à jouer jusqu’à la 80e. Vraiment, on a pris du plaisir."

La bière promise quelques minutes plus tard s’annonçait douce, sage aussi, à huit jours de la réception de l’ogre grenoblois : "Maintenant, il faut qu’on fasse preuve de régularité, ne pas être à 18/20 un match et 2/20 le suivant. On ne va pas s’endormir sur nos lauriers." Comme en écho, le demi de mêlée Joris Cazenave confirme le mot d’ordre, sans s’attarder plus que ça sur la "fierté" de ce premier capitanat pour sa première saison à Nevers : "On ne va pas s’enflammer. Il nous reste un gros match, on doit le prendre comme les autres, le gagner pour rester dans les six. Après Grenoble, on fera le calcul."

Pour le manager Xavier Péméja, le "calcul" est déjà fait : "C’est un match charnière, presque un match à huit points, contre la plus grosse équipe de ProD2. Un challenge énorme, motivant." Face au FCG, " il faudra faire un match abouti", souligne Joris Cazenave. éviter les approximations et les ruptures de rythme qui ont écaillé le tableau de la première période, vendredi soir, conclue sur un malingre 17-13 : "On prend un essai complètement con après avoir marqué notre premier", râle Xavier Péméja en contrepoint du "match monstrueux" de ses avants.

Avec une deuxième victoire bonifiée et cent points inscrits, le bilan des trois premiers matchs de 2020 reste largement positif, et sur le tempo de la fin 2019 (six victoires en huit rencontres). L’Uson a fait le plein de confiance avant d’accueillir un cador qui lui avait infligé 50 points et une sévère migraine à l’aller. Juchée à la cinquième place du classement pour la première fois de la saison, elle ne veut surtout pas tomber de haut, dimanche prochain : "Une défaite pourrait nous faire très mal ", se rembrunit Joris Cazenave. "Il faut gagner."

Sébastien Chabard
Voir les commentaires
Réagir