Que du bonheur pour Aurillac

  • Très belle opération pour les Aurillacois qui remportent avec le bonus un match capital face à Rouen.
    Très belle opération pour les Aurillacois qui remportent avec le bonus un match capital face à Rouen. / Jean-Michel Payral
Publié le / Mis à jour le

Les Cantaliens sont sortis vainqueurs de ce duel de mal classés. Mieux, ils prennent un bonus offensif très important.

On ne va pas se le cacher, mais quel bonheur d’entendre un public, qui avait répondu à l’appel du club, exploser de joie et communier ainsi avec ses joueurs. Vendredi soir, le Stade aurillacois jouait gros face à Rouen et savait que la défaite était interdite. Toute la semaine, Roméo Gontineac a préparé son groupe pour ce match, pour faire un résultat. "Il fallait absolument que l’on gagne à la maison, surtout face à un adversaire direct, savourait le tout nouvel entraîneur. On a fait le taf, ils ont fait le taf. Cette victoire vaut chère, très chère même. On a travaillé toute la semaine avec la boule au ventre car c’est Rouen qui était plutôt en confiance et nous moins. Au final, les joueurs ont su faire la part des choses et le résultat est là."

Effectivement, pas trop le temps de gamberger pour les coéquipiers de Pierre Roussel qui ont mis les Normands sous pression d’emblée. Le premier essai de Nioradze validant cette entame (8e). Le fil conducteur semblait alors clair : maintenir Rouen dans son camp et l’empêcher de jouer. Très agressifs en défense, les Aurillacois ont fait le boulot, même s’ils ont été moins bons que d’habitude sur la conquête. Joueurs, très joueurs même avec parfois des relances depuis ses propres 22, Aurillac a tenté.

Le doublé de Coertzen

" On a essayé de mettre des choses en place", appuyait le coach, avec une nouvelle fois la présence de Thomas Dubourdeau en premier centre, en appui de Marc Palmier, pour aller encore plus vite sur les extérieurs et trouver notamment un AJ Coertzen en feu sur le second acte et auteur de deux essais (52e et 75e). Trois essais et donc un bonus offensif qui tombe plutôt bien. "Le principal c’était de gagner et prendre cinq points c’est très bien, savourait le capitaine Pierre Roussel. Le contrat est rempli ce soir, mais maintenant il reste douze matchs. On a bien travaillé cette semaine. C’était précis et chacun savait ce qu’il avait à faire. On a pris du plaisir sur le terrain, à se décomplexer au fur et à mesure du match et envoyer du jeu."

Le Stade aurillacois s’est donc employé vendredi pour mettre Rouen dans le rétroviseur. Sur l’ensemble, il y a encore des choses à peaufiner comme la touche en phase offensive ou encore une mêlée moins dominatrice. En revanche, le collectif défensif et l’animation offensive sont à souligner. Nul doute que le Stade s’appuiera là-dessus pour tenter de faire un truc à Mont-de-Marsan.

Jean-Marc Authié
Voir les commentaires
Réagir