Les Grenoblois reçus cinq sur cinq ?

  • Theo Nanette et Bastien Guillemin (Grenoble) contre Oyonnax
    Theo Nanette et Bastien Guillemin (Grenoble) contre Oyonnax Icon Sport / Icon Sport / Icon Sport
Publié le / Mis à jour le

Redevenus leaders, les Isérois, sur une série de quatre victoires, vont tenter de conserver leur dynamique lors de ce gros test dans la Nièvre.

Au sortir d’une belle victoire (28-13) contre Oyonnax le 19 décembre, terme de la phase aller pour Grenoble, Stéphane Glas se projetait sur le début d’année 2000. Avec trois déplacements, à Aurillac, Béziers et Nevers, pour une seule réception, Soyaux-Angoulême, dans des conditions météo moins favorables que face à l’USO, le manager isérois craignait ce mois de janvier. "Je suis un peu inquiet sur le prochain bloc. C’est un peu un soulagement d’avoir pris cinq points contre Oyonnax parce que je sais qu’en janvier, ce sera dur."

Pour le moment, en termes de résultats, les Isérois négocient parfaitement bien cet enchaînement difficile. S’ils ont parfois éprouvé de grosses difficultés en particulier à Aurillac, ils l’ont emporté dans le Cantal (19-14), face au SAXV (30-8) et à Béziers (25-16). "Il y a une vraie bonne dynamique, explique Sylvain Bégon. Les joueurs s’entendent bien. On sent que tout le monde est au travail. C’est plutôt facile quand on est coach de travailler dans ces conditions-là et cela explique sans doute une partie de nos bons résultats."

Quatrième succès d’affilée

Dans l’Hérault vendredi dernier, le FCG a signé un quatrième succès consécutif, une première pour lui cette saison, et récupéré la première place. "Si on avait perdu à Béziers, en fonction des résultats de nos adversaires, on aurait pu être largués. Au final, le Stade montois a battu Perpignan (34-14, N.D.L.R.) mais on s’aperçoit qu’il ne faut pas trop s’endormir, observe l’entraîneur des avants grenoblois. On se félicite d’avoir gagné ce match à Béziers qui nous permet de nous déplacer à Nevers en leaders. Après, on sait que cela peut changer très vite."

La défense au révélateur

Parmi leurs atouts, les Grenoblois disposent d’une très grosse défense, la meilleure du Pro D2, ce qu’ils ont encore prouvé à Béziers. "C’est un domaine qui est travaillé régulièrement depuis le début de saison. On y passe beaucoup de temps. On a de bons repères collectifs, apprécie Sylvain Bégon. Après, dimanche, on va vraiment passer au révélateur. Nevers est une équipe qui varie beaucoup, tient bien le ballon. Cela fait longtemps que l’on n’a pas joué une équipe qui est aussi offensive, qui anime autant avec un animateur comme (Zach) Henry. Nevers a vraiment des joueurs de qualité. Il va falloir être très fort en défense si on veut pouvoir exister." L’ancien talonneur souligne aussi l’importance pour son pack de donner le change à son homologue nivernais. "Cette équipe s’appuie sur une très bonne conquête. C’est la meilleure touche du championnat et elle a une très bonne mêlée. Il va falloir exister en conquête, être bien en défense et puis à chaque fois qu’on aura des opportunités, être capables de lancer le jeu, de tenir le ballon, ce qu’on fait plutôt bien depuis quelque temps."

En cas de succès dans la Nièvre, Grenoble réussirait pour la première fois de la saison un bloc parfait et serait aussi reçu cinq sur cinq. Le FCG passerait ainsi la mi-trêve bien installé dans le fauteuil de leader.

Laurent Genin
Voir les commentaires
Réagir