• Kyle Sinckler fait partie des références mondiales au poste de pilier droit. Le futur joueur de Bristol a une histoire incroyable qui l’a mené jusqu’au XV de la Rose.
    Kyle Sinckler fait partie des références mondiales au poste de pilier droit. Le futur joueur de Bristol a une histoire incroyable qui l’a mené jusqu’au XV de la Rose. Icon Sport / Icon Sport / Icon Sport
Publié le / Modifié le
Portraits

Sinckler : l’enfant de Battersea

Kyle Sinckler, le pilier droit du XV de la Rose, deviendra bientôt l’un des piliers les mieux payés au monde. Et sa réussite, il la doit avant tout au dévouement de deux femmes incroyables…

Kyle Sinckler, qui est à l’heure actuelle le meilleur pilier droit du monde, reste sur une frustration majuscule avec le XV de la Rose. Le joueur des Harlequins, victime d’une commotion cérébrale aux prémices de la dernière finale de Coupe du monde, a en effet assuré à nos confrères britanniques n’avoir "aucun souvenir" du match le plus important de sa jeune carrière. "J’ai mis trois ou quatre semaines à me remettre de la finale, disait-il au fil d’une récente interview. Vraiment, c’était le trou noir intégral." Pour rappel, Sinckler (26 ans) avait été contraint de quitter la pelouse dès la deuxième minute après avoir heurté son partenaire Maro Itoje lors d’un plaquage à deux réalisé sur l’ailier des Springboks Makazole Mapimpi. "Je ne me souviens de rien, enchaîne-t-il. On m’a juste dit que j’étais sorti du terrain complètement groggy, un peu comme un ivrogne sort d’un bar." D’évidence, le K.-O. de Sinckler avait été l’un des tournants de la finale du Mondial, les Sud-Africains ayant ensuite fait la différence en mêlée fermée où son remplaçant, Dan Cole, pénalisé cinq fois dans ce secteur de jeu, n’avait pas été à la hauteur…

La dévotion d’une mère

Passé la "plus grosse désillusion de sa carrière", le surpuissant Kyle Sinckler (1,80 m et 122 kg) est resté quelques semaines au repos, avant de reprendre la compétition avec les Quins et, surtout, de signer un juteux contrat avec Bristol, où il évoluera l’an prochain pour 600 000 euros par saison. Pour l’enfant des banlieues chaudes du Sud de Londres, le chemin accompli est donc immense. "Là où j’ai grandi, racontait-il récemment au Daily Mail, tes jours sont comptés si tu te trompes d’entourage." Et Sinckler de confier qu’il assista en 2014, dans le quartier londonien de Battersea, au meurtre de l’un de ses camarades d’école. La victime, Sebastian Jamah Hyman-Knight, était alors âgé de 21 ans. "Un matin, mon ami a ouvert la porte de chez lui et a pris une balle en pleine tête. J’étais sous le choc, en apprenant la nouvelle. Moi ? J’ai eu la chance d’avoir été élevé par une maman très courageuse, qui m’a instruit elle-même et éloigné autant que possible des gangs du quartier." Au début des années 2000, Donna Sinckler (52 ans), craignant que l’énergie et la force déployées par son aîné ne serve un jour des desseins peu avouables, inscrivit donc son fils aîné à l’école de rugby de Battersea Ironsides. Vingt ans plus tard, Madame Sinckler se souvient d’ailleurs que Kyle "fut le seul gamin de l’histoire du club à avoir été exclu d’un tournoi de moins de 12 ans…"

À l’époque, Donna Sinckler travaillait de nuit comme opératrice téléphonique au commissariat de Battersea et savait que les gangs recrutaient au quotidien des adolescents du quartier. "Ma mère était très stricte, poursuivait le joueur au fil de cette même interview. Elle savait par exemple que le trajet depuis l’école prenait dix minutes et si je n’étais pas de retour à la maison à 15 h 10, elle prenait aussitôt la voiture et venait me chercher." Si Kyle Sinckler doit une reconnaissance éternelle à sa mère Donna, sa vie aurait également été fort différente s’il n’avait pas croisé la route de Stacia Long. Au moment où il intégra le collège de Graveney, Kyle Sinckler mobilisa donc toute son énergie pour convaincre Miss Long, une de ses professeures, de monter avec lui une équipe de rugby. "Stacia fut incroyable, se rappelle aujourd’hui le droitier des Quins. Elle a appris une à une les règles du rugby, a rempli tout un tas de paperasses pour que l’équipe intègre championnat régional et a même passé son permis poids lourds : c’est elle qui conduisait le bus nous menant à tous nos tournois scolaires !" Grâce à Stacia Long, l’actuel pilier droit du XV de la Rose put donc poursuivre sa carrière de rugbyman et, quelques années après son entrée à Graveney School, la fédération anglaise débloqua pour lui une bourse d’études de 10 000 euros, incorporant le môme de Battersea au prestigieux collège d’Epsom. De fait, la belle histoire de Kyle Sinckler venait de parachever son premier chapitre…

Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir