• L'équipe des Crusaders célébrant leur victoire lors de la finale du Super rugby, en 2019.
    L'équipe des Crusaders célébrant leur victoire lors de la finale du Super rugby, en 2019. Dave Lintott / Icon Sport / Dave Lintott / Icon Sport
Publié le / Modifié le
Reportages

Super Rugby : monument en péril ?

Traditionnellement connu pour être le championnat le plus spectaculaire du monde entier, le super rugby va, ce week-end, reprendre ses droits. Mais sans nombre de ses stars, toutes parties en cette année post-coupe du monde, et avec les spectres d’autres championnats étrangers qui se veulent de plus en plus attractifs, à l’image de la top league japonaise…

À chaque saison, c’est pareil. On attend ce moment avec impatience. Quel moment ? La reprise du Super Rugby bien sûr ! Certainement un peu lassé par les rencontres hivernales du Top 14 et quelques matchs de poule de Coupe d’Europe dépourvus du moindre enjeu sportif avant même leur coup d’envoi, on se faisait à chaque fois une joie de retrouver nos stars sudistes… Mais pas cette année. Ou un peu moins. Pourquoi ? Parce que l’hémisphère Sud a connu une véritable hémorragie et a perdu un nombre incalculable de ses stars, toutes parties vers d’autres cieux. Un exode qui était forcément prévisible en cette saison post-Mondial mais qui, de toute évidence, n’avait pas été aussi important en 2016.

À votre avis, la conférence néo-zélandaise sera-t-elle aussi palpitante sans ses Read, Todd, Squire, Retallick, Whitelock, Crotty, Sonny Bill Williams, Franks, Taufua et Ben Smith ? Idem pour l’Afrique du Sud où les franchises feront sans Marx, De Allende, Pollard, Etzebeth, Snyman, Vermeulen, De Jager, Kriel, Whiteley (retraite), Daniel, Jean-Luc et Robert Du Preez. En Australie ? Pocock, Samu, Arnold, Leali’ifano, Cooper, Genia, Coleman, Foley et Latu, pour ne citer qu’eux, ont quitté le navire. Même les Jaguares ont perdu quelques-uns de leurs meilleurs éléments après les départs de Lavanini, Matera, Moyano et Landajo. Quant aux Sunwolves, n’en parlons pas. Tous les internationaux japonais ont logiquement quitté cette équipe promise à disparaître à l’issue de l’exercice pour rejoindre la Top League japonaise qui, elle, n’a jamais été aussi populaire : non contente de surfer sur d’excellents scores d’audience télé au Japon et de commencer à être visible sur les réseaux sociaux, on ne dénombrait pas moins de 31 000 spectateurs au stade de Kobe pour assister au choc entre les Steelers, l’équipe locale, contre les Suntory Sungoliaths. Un score qui n’est pas exceptionnel puisque depuis le début de la saison, les affluences dans les stades nippons battent tous les records et que le spectacle est au rendez-vous.

Les Crusaders en danger ?

Alors quoi ? Faudrait-il tourner le dos au Super Rugby 2020 ? Non, quand même pas. Ne serait-ce que pour voir Beauden Barrett évoluer avec un autre maillot que celui des Hurricanes, en l’occurrence celui des Blues. Encore une fois surarmés, les joueurs d’Auckland vont-ils enfin retrouver le chemin des qualifications ? Citons aussi l’arrivée surprise du centre international gallois Jamie Roberts aux Stormers du Cap, en Afrique du Sud. Désespérant de se voir appelé par le nouveau sélectionneur gallois Wayne Pivac, le tank de Bath a perdu patience et a migré au sud. Il y aura aussi les retours de James O’Connor avec les Reds ou celui d’Aaron Cruden avec les Chiefs, en reconquête après un passage raté à Montpellier, et celui de l’ancien All Black Adam Thomson, intégré au staff de ces mêmes Chiefs un peu plus d’un an après avoir failli perdre l’usage de ses jambes après une grave blessure aux cervicales.

Et puis, sans sadisme aucun, on peut aussi espérer que le Super Rugby va changer de champion. Après avoir régné sans partage sur les trois dernières saisons, les Crusaders du remuant manager Scott Robertson ont perdu plus de la moitié du pack qui a fait leur succès. Alors, pour la première fois sur les quatre dernières années, on présage que Robertson ne nous fera pas de démonstration de breakdance à l’issue de la saison…

Voir les commentaires
Réagir