Balma en Paca

  • Elles disputent le Challenge Fédéral. Leur poule est composée de clubs provençaux et varois. Des déplacements qui plombent le budget.
    Elles disputent le Challenge Fédéral. Leur poule est composée de clubs provençaux et varois. Des déplacements qui plombent le budget. Balma Rugby / Balma Rugby
Publié le / Mis à jour le

Elles disputent le Challenge Fédéral. Leur poule est composée de clubs provençaux et varois. Des déplacements qui plombent le budget.

À l’intersaison, le comité directeur du Balma ORC a mis en place une structure féminine. Au cœur du mois d’août, une équipe seniors a été officiellement engagée au sein de la compétition de Fédérale 2. Une équipe confiée à Philippe Batesti, Julie Falconnetti et Stéphane Julia, bien connu dans le rugby féminin toulousain pour avoir mené le Toulouse CMS au titre national de Fédérale 2 en 2018. Au sein de l’encadrement, le trio d’entraîneur savait que le groupe allait essuyer les plâtres. Le trio s’accordait à dire. "C’est une année de transition, d’apprentissage. On ne s’attend pas à des résultats. Nous allons bosser afin d’en récolter les bénéfices lors des prochaines saisons. "

Après une première phase ponctuée par six rencontres et autant de défaites, les Balmanaises ont été reversées en Challenge Fédéral. Lors de l’officialisation de la poule, le trésorier et le comité directeur se sont frotté les yeux à plusieurs reprises. Les équipes avaient pour nom : La Valette, Marseille et le rassemblement Vaucluse (Avignon). Trois adversaires synonymes de longs déplacements.

"On assume"

Des déplacements qui n’ont pas tardé à faire réagir le président, Serge Pratmarty. "Sincèrement, on ne veut pas polémiquer. Mais, je ne vous cache pas que cette poule nous incite à faire un gros effort financier. Le budget de l’équipe masculine en matière de transport, est presque inférieur à celui de notre équipe féminine. Lorsque les filles ont effectué le déplacement à Marseille, la facture s’est élevée à 1 700 euros. Elles sont revenues à minuit à Balma. Au sein de cette équipe, il y a des mères de famille, des étudiantes. Elles jouent au rugby pour le plaisir. Dans ce contexte, ça devient une contrainte. Nous avons fait le choix d’engager une équipe féminine, on assume. Et quand elles iront prochainement à la Valette, elles logeront à l’hôtel." Et après tout, les voyages forment la jeunesse. Tout laisse croire que les Balmanaises et leur encadrement garderont un bon souvenir de cette saison 2020.

Didier Navarre
Voir les commentaires
Réagir