• Gimeno Alvar (Béziers)
    Gimeno Alvar (Béziers) Icon Sport / Icon Sport / Icon Sport
Publié le / Modifié le
Pro D2

Béziers, solide et solidaire

En visite à Rouen, le club héraultais avait sa petite idée après quatre défaites de rang. Il était temps de repartir de l’avant, au risque de voir revenir les derniers de la classe.

On savait, avant même l’ouverture de cette rencontre, que l’un comme l’autre, les adversaires du jour, jouaient gros. Rouen à domicile, et dans son stade Diochon, avait tous les feux au vert. Béziers, de son côté, se devait à lui-même et à son public, déçu deux fois à domicile, de ramener quelque chose.

À l’étude des différents aspects du jeu, on voit vite que Béziers, sans être excellent, a dominé son sujet. De pas grand-chose, certes, mais Rouen n’arrivait tout simplement pas à passer la ligne et lâchait des longs coups de pied pour tenter de mettre la pression car à la main, ça ne passait pas.

Pour les Biterrois, c’est un plaquage rouennais raté à vingt mètres qui permettait de trouver le seul chemin menant à l’essai. Ensuite, on assistait à un duel de buteurs : là où Porical affichait à 100 %, Matty James avait le malheur d’en rater une. Mais ce n’est pas suffisant à expliquer la défaite des Normands.

Si Béziers a eu du mal en mêlée fermée, pénalisé plusieurs fois, les Rouges ont maîtrisé la touche et les mauls, volant des ballons au lancer fébrile des Rouennais, et alternant les temps forts et faibles tout en maîtrise et en gestion. Béziers n’était pourtant pas sorti des orties et à une minute quarante-cinq de la cloche, Rouen tenait la victoire. Mais voilà, la faiblesse rouennaise dans ces fins de rencontre profitait aux Biterrois qui (avec plus d’expérience) ne paniquaient pas, se servant de la fébrilité rouennaise pour chercher la pénalité de la victoire.

"Le coup de reins nécessaire"

Sans être extraordinaire mais avec le cœur et plus de maîtrise, l’ASBH pouvait donc exulter. Il avait obtenu le petit quelque chose qu’il était venu chercher. "Ça rattrape un peu ce qu’on ne fait plus chez nous. On est en danger à domicile et cette fois, on a eu le coup de reins nécessaire. Ça a été dur, aujourd’hui, mais ça va nous aider à préparer la suite. À Aurillac ce sera encore plus difficile et à domicile, où on n’est pas bien en ce moment", avoue David Aucagne.

En effet, toutes ces équipes ont cruellement besoin de points. Rouen aurait pu en prendre quatre et n’en a finalement pris qu’un seul. Aurillac se déplacera avec l’idée d’en prendre quatre à Raoul-Barrière. Pour Béziers, il faudra refaire le même type de match, solide, mais avec un peu plus de jeu pour se détacher rapidement au score.

Gaël Lecoeur
Voir les commentaires
Réagir