• Brice Dulin (Racing 92) lors du Super Sevens
    Brice Dulin (Racing 92) lors du Super Sevens Icon Sport / Icon Sport / Icon Sport
Publié le / Modifié le
In Extenso SuperSevens

Dulin : « Tous les titres sont bons à prendre »

Brice Dulin revient sur la victoire du Racing 92 pour la première édition de l'In Extenso SuperSevens à Paris La Défense Arena.

À la lueur de la composition du groupe du Racing 92 pour ce premier championnat de France professionnel de rugby à 7, il semble bien que le titre était un réel objectif. Vrai ou faux ?

Oui, clairement. C’est peut-être, d’ailleurs, ce qui nous a souri. Il y avait un mélange de vieux avec Antonie Claassen et Juan Imhoff, de moins vieux avec moi (sourire) et de très jeunes. Et franchement, on s’est régalé. Tout le monde a joué le jeu du début à la fin. Et même si les vieux ont été un peu courts physiquement sur la fin, les jeunes ont fait le boulot en finale. Je tiens à signaler que j’avais d’ailleurs fait le bon pronostique.

C’est-à-dire ?

J’avais parié que ce serait les jeunes qui nous feraient gagner en finale.

Aviez-vous beaucoup travaillé en amont ?

Pas tant que ça, mais tout le monde a été attentif durant cette semaine de préparation. Le plus difficile sur une telle compétition, c’est de jongler entre les matchs, la récupération et le plaisir de regarder les autres matchs. Mais quand on gagne, c’est plus facile de récupérer. Surtout, on a été très bien encadrés. Notre staff avait pris contact avec le staff de l’équipe de France à 7. C’est bien de s’inspirer de ce qu’ils font car ça tourne vraiment bien en ce moment.

Est-ce un sport très différent ?

Oui, clairement. Mais surtout, ce n’est pas parce que tu as une ou deux individualités que l’équipe est meilleure. Le collectif prime vraiment. La connexion entre les joueurs est peut-être encore plus importante qu’à quinze, tellement les espaces sont grands.

Vous avez décidé d’entrer sur la pelouse avec les blazers du club avant la finale face à Pau, comme en 2016 lors de la finale du Top 14 à Barcelone…

C’est un clin d’œil sympa, tout comme les Palois qui sont entrés avec le béret sur la tête.

Ce titre de champion de France est-il anecdotique, au final ?

Non, c’est un titre. Point barre. Tous les titres sont bons à prendre. Je ne sais pas si dans cent ans on se souviendra de moi et des joueurs qui ont remporté ce premier trophée, mais on restera les premiers à l’avoir fait.

Voir les commentaires
Réagir