• Jordan Joseph et les Bleuets se sont inclinés en toute fin de rencontre face à l’Angleterre.
    Jordan Joseph et les Bleuets se sont inclinés en toute fin de rencontre face à l’Angleterre. Icon Sport / Icon Sport / Icon Sport
Publié le / Modifié le
Tournoi des 6 Nations U20

Les Bleuets touchés mais pas coulés

Battus par les Anglais dans une rencontre à leur portée, les Bleuets ne se laissent pas abattre malgré la déception de cette défaite d’entrée dans le Tournoi.

Le Brexit n’a rien changé. Depuis une victoire (41-17) le 18 mars 2016 à Pau, l’équipe de France moins de 20 ans ne trouve plus la clé du succès dans le Tournoi des 6 Nations contre les Anglais. Samedi soir à Grenoble, les Bleuets ont enchaîné un quatrième revers consécutif sur la scène européenne face aux jeunes sujets de sa Très Gracieuse Majesté. Pourtant, dans une rencontre longtemps serrée et indécise, ils semblaient avoir les moyens de l’emporter, notamment quand ils se sont retrouvés en supériorité numérique en seconde mi-temps à la suite de la sortie pour dix minutes de l’ailier Gabriel Hamer-Webb, auteur d’un plaquage cathédrale sur le demi de mêlée tricolore Nolann Le Garrec. "Les Anglais étaient prenables, ils n’avaient rien de plus que nous, estimait Jordan Joseph, le numéro huit et capitaine français. Après, je pense que l’arbitrage ne nous a pas forcément aidés. Sur l’action du carton avec Nolann, je ne suis pas arbitre, on peut dire ce qu’on veut, mais je pense que c’est rouge car il tombe clairement sur la tête. Après, ce n’est pas ça qui nous fait perdre le match. Ils étaient à 14 et ils ont quand même marqué deux essais." Douze points encaissés en supériorité numérique, le tournant du match.

Mieux gérer le money-time

Malgré tout, les Bleuets ont eu le mérite de s’accrocher et d’y croire, faisant preuve d’une belle force de caractère. "Le fait de revenir à 24-24 en ayant pris deux essais à la 60e, c’est intéressant. Ce sont des choses sur lesquelles on peut s’appuyer", soulignait Philippe Boher. Dommage que les jeunes Français n’aient pas réussi à poursuivre sur cette lancée lors des cinq dernières minutes, dans le fameux money-time. "Il nous manque quelques petits éléments. C’est cruel mais je pense que c’est surtout des moments dans lesquels on doit avoir la tête froide, poursuivait le manager tricolore. En cela ce match va être riche et va nous apporter de l’expérience. On va en tirer des leçons pour prendre les bonnes décisions dans ces moments clés. Il faut être froid, repartir, garder le ballon et se remettre en situation favorable pour marquer." "Il y a aussi des regrets parce qu’on s’aperçoit que sur les fondamentaux on y est, que ce soit sur la conquête, sur la défense même s’il y a quelques erreurs. Du moment où tient le ballon, on arrive à faire la différence, à mettre du rythme, à franchir et à marquer", faisait remarquer David Ortiz, entraîneur de l’attaque française.

Vili : "Ça fait mal mais on se relever"

Après cette défaite, en dépit de la déception et de la frustration, staff et joueurs se montraient combatifs. Pas question de se laisser abattre. "Ça fait mal, en plus à la maison, en France, mais on va se relever", promettait le trois-quarts centre clermontois Tani Vili. Même si les Bleuets ont mal démarré ce Tournoi 2020 et que les Anglais l’ont emporté en plus avec le bonus offensif, rien n’est encore perdu selon Philippe Boher. "Nous aussi on prend un bonus, cela ne fait qu’une victoire de différence. On fera les comptes à la fin. Effectivement, c’est toujours mieux de commencer par une victoire mais, vous savez, les résultats ne sont pas toujours les mêmes d’un week-end à l’autre dans le Tournoi des 6 Nations chez les jeunes. Il faut donc être prudent avec ça." Dès vendredi face à l’Italie (21 heures) à Aix-en-Provence, ses joueurs devront absolument l’emporter pour se relancer. "Il faudra être prêt parce que les Italiens, ça va être très très fort aussi, prévenait Jordan Joseph. À nous de faire le nécessaire pour les battre. On n’a plus le droit à l’erreur si on veut gagner le 6 Nations."

Laurent Genin
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir