La première pierre de Wayne Pivac

  • L’ailier gallois de 24 ans, Josh Adams, a grandement participé à la déroute des Italiens en inscrivant un triplé.
    L’ailier gallois de 24 ans, Josh Adams, a grandement participé à la déroute des Italiens en inscrivant un triplé. PA Images / Icon Sport / PA Images / Icon Sport / PA Images / Icon Sport
Publié le / Mis à jour le

Le XV du Poireau a parfaitement lancé son Tournoi, ainsi que sa nouvelle ère sous les ordres du sélectionneur néo-zélandais Wayne Pivac, avec une victoire bonifiée. de ce que l’on a vu, ce dernier a déjà changé le jeu gallois…

Une victoire 42 à 0 et cinq essais marqués. Voilà qui devrait rassurer — au moins un temps — tous ceux qui doutaient de la qualité du travail de Wayne Pivac, successeur de l’emblématique Warren Gatland à la tête du pays de Galles après douze ans d’exercice. Bien sûr, il faudra revoir cette équipe de Galles face à un adversaire plus coriace, qui la bousculera dans les rucks, les mauls, en touche, et qui la privera de ballon. Mais d’ici là, on peut d’ores et déjà dire que le nouveau sélectionneur a posé une bien belle première pierre à son futur édifice.

Pourquoi ? Parce que l’on a vu une équipe galloise déjà changée par rapport à celle qui a perdu face aux futurs champions du monde sud-africains en demi-finale de la Coupe du monde au Japon. Une équipe plus entreprenante, plus mordante et donc… plus dangereuse. En effet, il semblerait que l’ancien boss des Scarlets a déjà réussi à ajouter à l’arsenal offensif du pays de Galles des armes qui ont permis à son ancienne équipe des Scarlets de revenir au premier plan. En effet, on a vu les hommes d’Alun-Wyn Jones attaquer au large, à l’image des deux premiers essais marqués dans le couloir des cinq mètres. Mais n’allez pas croire que cette équipe new-look se contente de faire bêtement du large-large. Dès la première phase de la partie, les Gallois ont tenu le ballon pendant 14 temps de jeu alternant passes longues, courtes, à hauteur, après contact, avec des leurres, des doubles vagues, ainsi que des percées autour des rucks par l’intenable demi de mêlée Tomos Williams.

Ce n’est pas tout : les Gallois se sont également montrés excellents pour attaquer au pied. De toute évidence, le sélectionneur Wayne Pivac avait identifié que les duels aériens seraient un moyen de mettre les Italiens sous pression. L’ancien flic d’Auckland ne s’était pas trompé. Et ses joueurs ont été admirables dans ce registre, à l’instar de Tomos Williams, Dan Biggar et l’arrière Leigh Halfpenny, auteur d’une prestation qui a dû donner des sueurs froides à son concurrent au poste Liam Williams, en tribunes.

Quand Biggar se la joue "Spencer"

Pivac, lui, a préféré retenir le zéro pointé asséné à l’adversaire : "C’était une bonne performance. Nous sommes très satisfaits de ne pas avoir encaissé de point. Cela n’arrive pas souvent à ce niveau de compétition et cela veut dire beaucoup de choses. Les garçons veulent développer davantage de jeu et ils y sont arrivés. À certains moments, j’ai même trouvé que nous avions un peu surjoué, mais il nous reste de toute façon beaucoup de travail."

En tout cas, ses joueurs sont dans une forme olympique. On a déjà cité Leigh Halfpenny et Tomos Williams, mais on peut aussi ajouter l’ailier Josh Adams (lire ci-dessous), le deuxième ligne Alun-Wyn Jones qui a démantelé les mauls italiens, le néo-capé Nick Tompkins et l’ouvreur Dan Biggar : non content d’avoir superbement conduit le jeu gallois, le numéro 10 s’est fendu d’un geste spectaculaire en servant son ailier Josh Adams par une passe entre les jambes, à la manière du légendaire All Black Carlos Spencer : "Je l’ai trouvé excellent sur la rencontre, mais ce geste montre à quel point Dan a confiance en lui, expliquait Pivac. Il savait exactement où se trouvait son ailier, les adversaires, et il a le niveau technique pour effectuer ce geste exceptionnel." Citons enfin les deux lames qui opèrent sur les côtés de la mêlée galloise, Aaron Wainwright et Justin Tipuric. Le premier s’est illustré par 19 plaquages réussis, et fut le sauteur le plus sollicité dans l’alignement rouge. Le second a été élu homme du match : 21 plaquages réussis, des ballons grattés au sol, une présence de tous les instants en attaque… Bref, la troisième ligne fut tout simplement irréprochable. Une performance qui ne devrait pas laisser l’Irlande, futur adversaire du pays de Galles, insensible…

Voir les commentaires
Réagir