• Aaron Cruden et les Waikato Chiefs ont offert à Warren Gatland un retour victorieux. Photo DR
    Aaron Cruden et les Waikato Chiefs ont offert à Warren Gatland un retour victorieux. Photo DR
Publié le / Modifié le
Super Rugby

Gatland, retour victorieux

Dans un match de standing international, les Chiefs, emmenés par Warren Gatland sont venus à bout des Crusaders de Scott Robertson, 25 à 15.

Warren Gatland a fait un retour triomphal au Waikato Stadium de Hamilton où les Chiefs jouaient leur premier match à domicile. Après treize ans passés au pays de Galles, Gatland avait en effet décidé de revenir entraîner dans l’hémisphère Sud, signant un contrat avec les Chiefs. Gatland en avait déjà été le conseiller technique en 2006, après avoir conduit la province de Waikato à la victoire dans le championnat des provinces . Après un succès à Auckland face aux Blues, les Chiefs étaient de retour à Hamilton face aux champions sortants, les Crusaders, entraînés par le brillant Scott Robertson, récemment recalé pour le poste d’entraîneur des All Blacks. Le choc de ces deux coachs charismatiques était l’un des points forts de cette 2e journée. Et, au final, les protégés de Gatland ont pris le meilleur sur les Crusaders au terme d’un match de très haut niveau.

Des Crusaders dominateurs

Un match qui permit de revoir Damian McKenzie, le polyvalent trois-quarts des All Blacks, sérieusement blessé la saison passée (reconstruction d’un genou) et une Coupe du monde manquée. En face, Robertson avait décidé de faire tourner en installant l’arrière habituel David Havili à l’ouverture. Un pari payant en première mi-temps, où les Crusaders mirent la main sur le ballon et imposèrent leur jeu, franchissant régulièrement le premier rideau défensif des Chiefs. Les Goodhue, Ennor, Bridge, Jordan et autres Reece causaient milles maux à une ligne défensive qui se trouvait débordée sur les ailes. Deux essais de Reece concrétisaient la domination des Crusaders. Les Chiefs revenaient au score grâce à l’ailier Alaimalo bien démarqué par McKenzie en bout de ligne. Mais ce sont les Crusaders qui dominaient outrageusement sans pouvoir conclure, manquant de réalisme sur la dernière phase. Ils menaient 12 à 8 à la pause, avantage minimum avec l’appui du vent.

La défense des Chiefs prend le dessus

La deuxième mi-temps fut tout à l’opposé. À la pause, on vit Gatland haranguer ses troupes et travailler la mise en place défensive. Et la défense des Chiefs fut impériale, frustrant les attaquants adverses qui ne parvenaient plus à franchir et que l’on sentait impuissants. Coté Chiefs, les attaques furent plus précises, surtout une fois Weber entré en jeu à la mêlée. C’est sur une de ses passes extraordinaires (pris par deux défenseurs, il passait les bras pour offrir le ballon à son ailier Wainui) que les Chiefs prenaient définitivement l’avantage. Le troisième ligne Boshier dominait les phases de rucks, bien aidé par son capitaine Sam Cane, toujours aussi redoutable en défense. On a retrouvé un Cruden en forme dans son rôle de patron de la ligne d’attaque, apportant sa classe et son expérience. De toute évidence, l’air du pays lui fait le plus grand bien. Une victoire au forceps mais méritée. "C’était un derby, physique, brutal. Il y a eu des moments dans ce match qui aurait très bien pu tourner en faveur des Crusaders. Notre défense a été énorme et nous avons tenu devant notre public ; le gros travail accompli porte ses fruits", déclara Sam Cane, le capitaine des Chiefs à l’issue du match.

Jacques BROQUET, correspondant
Voir les commentaires
Réagir