• Les « Coxs », les joueuses du Guc.
    Les « Coxs », les joueuses du Guc. Guc Féminin / Guc Féminin
Publié le / Modifié le
Fédérale 1

Grenoble espère combler le retard

6e en poule 2, l'équipe iséroise espère au moins accrocher la 4e place pour faire aussi bien que l'an dernier.

Après le leader la réserve du Lou (8-18), le 26 janvier, le Grenoble université club (Guc) s’attaque à son dauphin Dijon dimanche en Isère. Dans une poule 2 homogène - si on excepte ces cadors et le dernier Bourg-en-Bresse - les Grenobloises sont sixièmes sur neuf à trois points de Besançon, quatrième, et deux de Chambéry, cinquième, qui comptent un match en moins. Pour le moment, les "Coxs" ont un peu de retard sur l’objectif fixé en début de saison. "Le but était de faire mieux que la saison précédente où elles ont terminé quatrièmes", précise Yoann Durand-Poudret qui, avec Bastien Rodriguez, a rejoint Sébastien Ruiz dans le staff seniors à l’intersaison. "On perd nos matchs de peu, note l’ancien coach de Villard-Bonnot chez les jeunes. Il faut arriver à gagner ces matchs serrés. […] On garde les filles sous pression. Mathématiquement, on peut atteindre la quatrième voire la troisième place. Les matchs contre Dijon et Chambéry (le 23 février, N.D.L.R.) vont être ultra-importants."

S’installer en Fédérale 1

Disposant d’un quinze de départ de bonne qualité, le Guc manque un peu de profondeur de banc. "C’est pour cela qu’on aimerait développer nos cadettes et les intégrer", souligne Yoann Durand-Poudret. De manière plus générale, le club souhaite se pérenniser en Fédérale 1. "On joue un championnat intéressant donc on aimerait attirer un maximum de filles de la région qui ne souhaitent pas faire du rugby quelque-chose d’ultra-compétitif. On a un autre rugby à proposer que l’élite."

Laurent Genin
Voir les commentaires
Réagir