• International à six reprises, Luke Jones (26 an) compte aussi quarante-deux apparitions en Top 14 sous les couleurs de Bordeaux-Bègles. Photo Icon Sport
    International à six reprises, Luke Jones (26 an) compte aussi quarante-deux apparitions en Top 14 sous les couleurs de Bordeaux-Bègles. Photo Icon Sport
Publié le / Modifié le
Transferts

Le Wallaby Luke Jones pour succéder à Nakarawa

Le Racing 92 a trouvé un remplaçant de calibre international à Leone Nakarawa : selon nos informations, le club francilien a récemment engagé le deuxième ligne australien Luke Jones (26 ans, 6 sélections) à compter du 1er juillet prochain et pour au moins deux saisons.

Nous avions fait état de cette piste dans notre édition du 31 décembre dernier, le nom de Rob Simmons (30 ans, 100 sélections) étant alors aussi évoqué. Le choix des dirigeants ciel et blanc s’est finalement porté sur l’ancien Bordelais. Luke Jones avait porté les couleurs girondines pendant deux saisons, de l’été 2016 à début 2019, avec quarante-deux matchs de Top 14 à la clé. Initialement engagé jusqu’en juin 2020, le Wallaby avait quitté l’Aquitaine prématurément afin de postuler pour la Coupe du monde au Japon. Mais il avait été écarté au dernier moment par Michael Cheika.

Audience reportée pour Nakarawa

L’actuel joueur des Melbourne Rebels va donc connaître une deuxième expérience en France, quitte à tirer momentanément un trait sur sa carrière internationale. Ironie de l’histoire, alors que le Racing 92 a ficelé le dossier de son successeur, le club des Hauts-de-Seine doit maintenant solder les comptes avec Leone Nakarawa, renvoyé en décembre. Une audience de conciliation entre le Racing 92 et son ancien deuxième ligne Leone Nakarawa devait avoir lieu ce mardi. Mais elle est reportée en raison du mouvement de grève des avocats. Pour rappel, l’international fidjien avait d’abord été mis à pied le 12 novembre dernier, avant d’être carrément licencié le 6 décembre par le président du club francilien, Jacky Lorenzetti, pour être revenu avec seize jours de retard de ses vacances après la Coupe du monde. Le joueur, dont le contrat courrait encore sur un an et demi, avait alors saisi le Conseil de Prud’hommes de Paris. Le joueur, à qui il restait un an et demi de contrat, avait été mis à pied le 12 novembre. C’est donc la justice qui tranchera sur l’issue de ce cas et sur d’éventuelles indemnités.

Selon nos informations, le Fidjien, qui s’est engagé jusqu’à la fin de la saison avec les Glasgow Warriors, réclame entre 600 000 € et 800 000 € de dédommagements à son ancien club français.

Vincent BISSONNET (avec P.-L. G.)
Voir les commentaires
Réagir