• Anaïs Niéto (à gauche) et la cadette Calista Grégoire, deux capitaines en conquête.
    Anaïs Niéto (à gauche) et la cadette Calista Grégoire, deux capitaines en conquête.
Publié le / Modifié le
Régional à X

Niort : viser haut

À sa façon, le NRC avance vers son avenir de phare féminin des Deux-Sèvres.

Le jugement est majoritaire, le rugby féminin des clubs est à manier avec précaution car il montre des signes de fragilité. Mais son développement se mesure aussi à des actions concrètes comme celle du Niort Rugby Club qui va ouvrir à la rentrée prochaine une section sportive au lycée Paul-Guérin où il existe déjà une section garçons. Après les vacances de Pâques, des tests d’entrée vont permettre le premier recrutement d’une douzaine de candidates de classe de seconde. Progressivement, sur trois ans, le cycle régulier de trente élèves et rugbywomen sera atteint. Depuis cinq ans, le club présidé par Gilbert Nasarre réalise un travail cohérent qui porte ses fruits. "Nous sommes dans les clous", affirme le manager Christophe Bertrand engagé avec son staff Johan Thomas, Simon Légereau pour les seniors, Mathieu Cambra-Salaméro pour les cadettes, à un travail de consolidation de l’existant. Et Christophe Bertrand d’ajouter : "Nous sommes moins dans la difficulté en termes d’effectifs et de qualité puisque nous avons Zoé Delplace, Emma Bonnet et Cameron Gié en section sportive à La Rochelle. Cameron est la première du club à intégrer le top 100 national des cadettes, et elle est pilier gauche première année."

Une capitaine passionnée

Le manager et son équipe technique ont tracé une voie : "Nous devons sortir du championnat territorial pour aller sur la compétition fédérale à XV. Le but est d’avoir sur la région autour de Niort un accès au plus haut niveau auquel nos joueuses peuvent prétendre. Pour l’instant je ne fais que fournir le Stade rochelais mais je souhaite qu’à terme il y ait un retour." Dans ce plan stratégique les cadettes de la capitaine Calista Grégoire sont fortement impliquées, Quant aux seniors, on peut compter sur leur capitaine Anaïs Niéto pour entretenir la flamme. Ce club, elle le connaît depuis toute petite car sa famille et ses deux frères baignent dans le rugby. Son regard sur le SNR est teinté de passion : "Vivre dans ce club convivial est très agréable, il tient beaucoup par son ambiance et c’est ainsi que les effectifs ne cessent de grossir. Ça fait plaisir, les filles aiment vraiment ça et les nombreuses débutantes se fixent." Anaïs est étudiante à Poitiers mais elle aurait beaucoup de mal à jouer dans un autre club. C’est ici qu’elle exprime le mieux son rôle de capitaine : "C’est une reconnaissance d’être acceptée par les joueuses. Je dois tirer l’équipe vers le haut, montrer le chemin, motiver et maintenir un lien étroit entre nous." Anaïs Niéto est heureuse et tout le rugby féminin niortais avec elle.

Gérard Piffeteau
Voir les commentaires
Réagir