• Le spectacle était au rendez-vous samedi soir à Ernest-Wallon, à l’image de cette réalisation aérienne du troisième ligne international gallois, Lloyd White.
    Le spectacle était au rendez-vous samedi soir à Ernest-Wallon, à l’image de cette réalisation aérienne du troisième ligne international gallois, Lloyd White. La Dépêche du Midi / MICHEL VIALA / La Dépêche du Midi
Publié le / Modifié le
Championship

Toulouse : la preuve par onze

Après avoir lancé sa saison par un succès aux dépens de York, le TO, qui est en forme, a confirmé samedi lors de la réception d’Oldham en inscrivant onze essais.

L’an dernier, le Toulouse olympique avait eu du retard à l’allumage, passant à côté de son sujet à Leigh et lors de la réception de Widnes lors des deux premières journées. Cette année, le contexte est différent. Après deux rencontres, l’équipe du président Sarrazain compte deux succès. Il y a une semaine, le TO avait bien lancé son championnat en prenant le meilleur sur une excellente formation de York. Un succès difficile qui s’était dessiné dans le dernier quart d’heure mais l’essentiel fut assuré.

En revanche, samedi soir, les hommes de Sylvain Houlès ont brillamment confirmé lors de la réception du promu, Oldham. Car les Roughyeds ont vécu un véritable calvaire sur la pelouse d’Ernest-Wallon.

à onze reprises, leur défense a courbé l’échine devant des Haut-Garonnais appliqués. Au final, le score est lourd (58-6) mais totalement justifié. Cela dit, le coach visiteur, Matt Diskin, a tenté de trouver des circonstances atténuantes à son équipe, déjà dans le dur avant le coup d’envoi. "Pendant l’échauffement, nous perdons sur blessure notre centre et animateur des lignes arrière, James Worthington. Cela m’a obligé à recomposer notre ligne d’attaque. De plus, pour des raisons économiques, nous n’avons fait venir que dix-sept joueurs. Nous avons évolué avec trois remplaçants au lieu des quatre réglementaires. Forcément, nous n’étions pas dans les meilleures conditions. Après, je reconnais que mon équipe a été très faible défensivement. Entre Toulouse et nous, les objectifs ne sont pas les mêmes. On souhaite se maintenir tandis que Toulouse rêve de la Super League."

Sheffield, à Doncaster

Si Matt Diskin était animé par un profond sentiment d’amertume, son homologue toulousain avait de bonnes raisons de savourer ce deuxième succès consécutif. "Cette victoire est le fruit d’une bonne semaine de préparation, déclare Sylvain Houlès. La victoire face à York nous a mis dans de bonnes conditions psychologiques. Lors de la mise en place, nous avons fait un très bon travail vidéo. En visionnant le match de Oldham face à Widnes, nous avons vu leurs lacunes défensives. En mettant un peu de vitesse dans notre jeu, les espaces se sont ouverts, ce qui explique les onze essais. En première période, si nous avions fait preuve d’un peu plus de rigueur, le score aurait été plus lourd encore."

Après ce double succès, le logeant au sommet du classement du Championship, Toulouse songe désormais à son premier déplacement à Doncaster, face à Sheffield. L’an dernier, le voyage au Legacy Park s’était soldé par une cuisante défaite et les Toulousains ont de bonnes raisons d’être revanchards. "Nous sommes sur une série positive, conclut le coach. Tentons d’aller chercher une victoire, face à une équipe qui a perdu vendredi face à Leigh (58-10)." Dimanche, le Toulouse olympique veut s’exporter avec succès et prouver qu’il n’est pas que prophète dans son nouveau jardin d’Ernest-Wallon.

Didier Navarre
Voir les commentaires
Réagir