• Pour surmonter leurs difficultés en Fédérale 2, les Brestoises vont lancer un plan de développement.
    Pour surmonter leurs difficultés en Fédérale 2, les Brestoises vont lancer un plan de développement. Arnaud Fisk / Arnaud Fisk
Publié le / Modifié le
Féminines

Un plan quinquenal lancé à Brest

Les Brestoises stagnent dans leur championnat. Un plan de développement sera lancé cette semaine.

Les dirigeants du Rugby Club des Féminines du Pays de Brest lanceront à partir du 15 février, ce qui sera l’ébauche d’un plan d’action en faveur du développement du rugby féminin sur le bassin brestois. Cette première opération sera une "Journée des copines", organisée à domicile à l’occasion d’un match des moins de 18 ans. Les actions suivantes se feront un peu partout sur la pointe du Finistère, "pour consolider notre activité en fédérant le territoire, explique le président François Rolland-Piègue. En accord avec le CTR et les CTC, il faut que nous menions une action qui dans cinq ans, entre Morlaix et la Pointe, doit nous avoir permis de consolider notre édifice. Jusqu’à présent, il est trop vacillant pour construire quelque chose de stable". Ce club exclusivement féminin, le deuxième de Bretagne avec le Stade rennais, n’a pas encore réussi à faire fructifier sa liberté. En 2018, après dix ans de fonctionnement sous une même bannière regroupant cinq clubs différents, les Brestoises avaient décidé de créer leur propre association, dédiée uniquement à des équipes de filles. Un an et demi auprès cette création, elle fonctionne plus tôt très bien.

Les moins de 18 ans invaincues

En élisant le courtier en assurances François Rolland-Piègue à la présidence, les Brestoises ont eu accès à certains de ses partenaires financiers. Elles disposent d’un budget de cinquante mille euros. On compte par exemple dans leurs soutiens la société hôtelière "B & B", qui leur met gracieusement à disposition une centaine de nuitées par an. Quand elles jouent trop loin, les Bretonnes dorment à l’hôtel, une rareté en Fédérale 2. "Nous avons construit quelque chose de bien en seulement un an et demi, estime François Rolland-Piègue. Mais c’est vrai que nous ne décollons pas sur le plan sportif, et que cela ne nous aide pas à agréger des jeunes femmes à notre projet. Globalement, le club fonctionne beaucoup avec des étudiantes, qui repartent souvent après avoir achevé leur cycle universitaire. Il faudrait rééquilibrer un peu avec une implantation plus locale qui permettrait une pérennité d’action." Championne de France de rugby à 7 en 2018 à Millau, l’équipe des moins de 18 ans affiche toujours d’excellents résultats. Elle est encore invaincue dans son championnat du Grand Ouest. Mais les seniors sont à la peine, qui n’ont pas encore réussi à remporter une rencontre en Fédérale 2. Elles y évoluent depuis une dizaine de saisons, "et ce serait pas mal de pouvoir aller voir autre chose", glisse François Rolland-Piègue.

Guillaume Cyprien
Voir les commentaires
Réagir