• Les Carcassonnais de Sébastien Giorgis ont cinq matchs en un mois pour capitaliser un maximum de points et ainsi espérer terminer dans  les six premiers du classement. Photo Stéphanie Biscaye
    Les Carcassonnais de Sébastien Giorgis ont cinq matchs en un mois pour capitaliser un maximum de points et ainsi espérer terminer dans les six premiers du classement. Photo Stéphanie Biscaye / Stéphanie Biscaye
Publié le / Modifié le
Pro D2

Un nouveau départ !

Après la sortie de route à Perpignan, l’USC a toujours le Top 6 en point de mire. Ce soir, elle compte renouer avec la victoire afin d’entretenir l’espoir de la qualification.

Il y a deux semaines, l’USC avait fondé de gros espoirs sur son déplacement à Perpignan. À Aimé-Giral, ce dix-neuvième rendez-vous de la saison s’est transformé en grosse sortie de route. Au final, l’addition était plus que salée (53-10), la plus grosse correction de la saison. Dans ce domaine, les Carcassonnais ont un peu habitué leurs supporters. Rappelons qu’à Colomiers et Biarritz, les hommes de "Dede" Ursache s’étaient rendus à Michel-Bendichou et Aguilera avec des ambitions affirmées et à l’issue des débats, ce fut une cruelle désillusion (40-15 et 43-22). Rappelons aussi que ces deux revers ont été ensuite annulés par des succès lors des réceptions d’Aix-en-Provence (19-10) et Oyonnax (20-16). Avant de se mesurer au Stade montois, l’USC se retrouve dans le même cas de figure qu’au soir du 15 novembre face aux Aixois et du 16 janvier face aux Oyonnaxiens.

Ce soir, on l’aura compris, Albert-Domec attend une (nouvelle) réaction d’orgueil de ses protégés. Pour l’encadrement, ce rendez-vous face aux Landais, est un moment charnière de la saison. "La défaite à Perpignan n’a pas modifié notre objectif principal, celui d’aller chercher la sixième place. Après cette courte trêve, on a la chance de recevoir. Ce soir, nous avons l’opportunité de relancer notre saison. Tentons de la saisir, allons chercher la victoire", soutient Mathieu Cidre.

Trois réceptions en un mois

Entre la réception des Montois et le 13 mars, le calendrier de l’USC n’est pas particulièrement peuplé de difficultés. En un mois, trois réceptions sont au programme dont celle de ce soir, Montauban le 28 février et Valence-Romans le 13 mars, pour deux sorties à Nevers et Aurillac. "Il y a cinq matchs en l’espace d’un mois et la possibilité de capitaliser un nombre non négligeable de points. Nous pouvons vivre une fin de saison captivante", renchérit l’entraîneur des avants. Pour cela, il faut s’imposer face aux Montois qui avaient remporté la première manche à Guy-Boniface d’une courte tête (28-26). Ce soir, les Carcassonnais ont de bonnes raisons d’être revanchards d’autant qu’une victoire serait synonyme d’un nouveau départ.

Didier NAVARRE
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir