Un de chute pour Vannes à la Rabine

  • Vannes a été surpris par Biarritz à La Rabine
    Vannes a été surpris par Biarritz à La Rabine Icon Sport / Icon Sport / Icon Sport
Publié le / Mis à jour le

Sensation à La Rabine, Vannes a chuté pour la première depuis 19 matchs dans son antre. Biarritz a tout de suite mis la pression et a largement dominé le premier acte. Le BO a tenu malgré le retour du RCV en deuxième période et s'impose assez logiquement. Biarritz réalise là une très bonne opération.

Le résumé

Il fallait bien que cela arrive un jour. Toute invincibilité est appelée à tomber. Après 19 matches sans défaite à la Rabine, le RCV a plié l’échine devant une formation de Biarritz qui n’a pas volé sa victoire. En cause un manque évident d’investissement, des maladresses à la pelle, des choix pas toujours judicieux dans les relances à la main.

Du reste, la pause sifflée sur le score de 5-18 avait seulement traduit une certaine forme d’impuissance du collectif vannetais, dominé à l’impact, dominé encore dans le jeu au sol, sans parler des quelques ballons stupidement perdus sur les zones de ruck. Les Biarrots eux, eurent cette once de réalisme, pour engranger les points. En témoigne encore l’essai d’Armitage après la sirène, face à une défense bretonne désorganisée et absente sur ce coup-là. Et encore nous passons sous silence les deux ballons perdus en touche, la pénalité ratée de Bernard (12e) et la transformation manquée de ce même Bernard sur l’essai juste avant la pause soit un déficit de 5 points pour les Basques. La note aurait donc pu donc être plus sévère pour les Bretons. Décidément, rien ne tournait rond lors de cette période initiale au sein de cet ensemble apathique, sans idée directrice, qui sembla même stressé par l’enjeu. Tout ceci expliqua alors ce rugby sans panache.

Le réveil attendu en seconde période vint d’abord par une réorganisation au sein du XV vannetais. Les deux essais sur ballons portés de Kité (51e) et de Tafili (64e) rallumèrent la flamme de l’espoir dans le camp breton. D’autant que Duplenne (73e) entretint l’espoir de voir les Vannetais revenir au score et coiffer sur le fil leurs adversaires d’un soir. Il n’en fut rien et Biarritz après 5 minutes (76e/80e) de pied and go à 15 m de la ligne vannetaise pouvait savourer à sa juste valeur une victoire qui ne devait rien à personne si ce n’est au talent de 23 garçons fiers de porter ce maillot rouge.

Le tournant

L’essai d’Armitage pour Biarritz, juste avant la pause (40e+1) aura été le coup de massue pour une équipe vannetaise qui avait largement les moyens d’éviter ce scénario catastrophe. Du coup le score passait de 5-13 (un moindre mal) à 5-18 ce qui compliquait d’autant la tâche des Bretons. D’autant que psychologiquement, prendre un tel essai avait de quoi doucher les enthousiasmes.

L’action

Elle sera double avec les deux essais de Kité (22e, 51e) sur deux ballons portés consécutivement à un même scénario à savoir deux pénal-touches et deux groupés pénétrants. Du bel ouvrage.

Les meilleurs

RC Vannes : Picquette, Abraham, Kité, Marks.

Biarritz Olympique : Peyresblanques, Millar, Olmstead, O’Callaghan, Armitage.

Didier LE PALLEC
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir