Le pari de Hill

  • Rouen décroche une victoire à l'extérieur
    Rouen décroche une victoire à l'extérieur Icon Sport / Icon Sport / Icon Sport
Publié le / Mis à jour le

Avec une équipe profondément remaniée, Rouen a su faire déjouer son adversaire pour décrocher une victoire qui peut changer le cours de sa saison.

Richard Hill rigole. "Rouen reste invaincu à Mathon", lâche-t-il en évoquant la victoire de son équipe, en 2017, en finale du trophée Jean-Prat face à Mâcon sur la pelouse haut-bugiste. Pourtant, au coup d’envoi, imaginer une telle issue semblait bel et bien relever du doux rêve au regard des choix fait par le staff de totalement remanier son groupe. "Nous avons expliqué aux joueurs que cette composition nous permettait de privilégier les Jiff, d’offrir du temps de jeu à certains et de laisser les habituels titulaires au repos pour préparer la réception de Soyaux-Angoulème. Nous sommes fiers de ce que les joueurs retenus ont réalisé", explique l’entraîneur normand non sans soulever un point qui pourrait lui compliquer la tâche dès lundi : "Compte tenu de ce que nous avons vu face à Oyonnax, nous avons beaucoup moins de certitudes et les choix pour le prochain match ne seront pas forcément évidents."

sans pression

Richard Hill a gagné son pari et les Rouennais, contre toute attente, ont décroché un succès qui peut changer le cours de leur saison, sur différents points. "Il y a les aspects comptables" reconnaît l’ancien Oyonnaxien, Antoine Renaud, auteur de l’un des deux essais des siens, "mais il y aussi la dimension humaine. Ce que nous avons partagé face à Oyonnax est énorme. Ce match constitue aussi une réussite humaine."

Ce bilan étant dressé, reste à savoir comment Rouen a pu bousculer à ce point la hiérarchie en place. "Nous étions venus sans pression, avec la volonté de prendre du plaisir", avance Yohan Domenech, autre ancien joueur de l’équipe de l’Ain, avant de dévoiler le plan de bataille mis en place : "Nous savions quel serait le schéma de jeu d’Oyonnax qui consisterait à nous tenir sous pression mais nous l’avons contrôlé, avec un bonne ligne de défense. à la mi-temps, avec un score de 13 à 3, nous étions convaincus de pouvoir continuer à entretenir le doute et cela a fonctionné."

Comme un symbole

Richard Hill avait bien préparé son coup et lui aussi explique comment Rouen a su faire tomber Oyonnax : "Nous avions demandé aux joueurs de faire preuve de beaucoup d’activité dans les rucks, de tenir la ligne de défense et d’être à la fois agaçants et disciplinés. Avec treize pénalités contre nous, la discipline n’a pas été notre point fort en première mi-temps mais quand nous avons su corriger ce défaut en seconde période, Oyonnax a fini par déjouer et nous en avons tiré profit."

Tout cela semble simple mais repose sur l’implication de joueurs en recherche de temps de jeu ou découvrant simplement les réalités du Pro D2. Il y a certainement une forme de symbolique dans ce renouveau normand, tout comme dans le scénario d’un match gagné d’un point, sur une pénalité inscrite à l’ultime minute, alors que lors de son précédent match contre Béziers, c’est exactement dans les mêmes conditions que le promu s’était incliné à domicile.

Jean-Pierre DUNAND
Voir les commentaires
Réagir