"Un demi-coup d’arrêt"

Publié le / Mis à jour le

Les Nivernais sont retombés dans leurs travers du début de saison. Fatal.

"Si j’avais pu changer tout le monde à la mi-temps, j’aurais fait le maximum." Désabusé et agacé, le manager Xavier Péméja ne cachait pas son dépit. "Ce n’est pas inexplicable mais je me serais cru en maternelle… Sur les quarante premières minutes, nous n’avons pas été capables d’aligner deux temps de jeu, on a fait n’importe quoi. C’est incroyable de faire une telle entame…" Tout a commencé donc par un ballon perdu avec trois joueurs (Cotte, Camou et Fabrègue) qui se télescopaient sur le coup d’envoi. Prémices d’un après-midi galère… Avec des erreurs défensives inhabituelles, un manque d’agressivité criant, une mêlée en difficulté, une trop grande indiscipline mais aussi une stratégie totalement inadaptée face au vent, Nevers s’est complètement sabordé. Cela peut bien sûr être relativisé — a minima — au vu du deuxième acte des Jaunets, bien plus fringants et incisifs. Aidés aussi par la batterie de changements opérés (7) par le staff. Mais, l’USON qui restait sur deux succès autoritaires dans son Pré-Fleuri va devoir remettre très vite le bleu de chauffe. "Avant de parler des quatre premiers, on va déjà parler de rester dans les six. Nous revenons de très loin au vu de notre début de saison mais force est de constater que nous sommes encore capables de faire des choses comme à Oyonnax et à Grenoble… C’est un demi-coup d’arrêt. On va se concentrer sur nous, évacuer cette première mi-temps, repartir sur du positif et préparer notre prochaine réception." Ce sera Carcassonne vendredi et Xavier Péméja attend un autre visage de la part de son groupe.

Voir les commentaires
Réagir