Aurillac tout sourire

  • Team of Aurillac looks dejected  during the Pro D2 match between Perpignan and Aurillac on January 17, 2020 in Perpignan, France. (Photo by Alexandre Dimou/Icon Sport) - --- - Stade Aime Giral - Perpignan (France)
    Team of Aurillac looks dejected during the Pro D2 match between Perpignan and Aurillac on January 17, 2020 in Perpignan, France. (Photo by Alexandre Dimou/Icon Sport) - --- - Stade Aime Giral - Perpignan (France) Icon Sport / Icon Sport / Icon Sport
Publié le / Mis à jour le

Après une première mi-temps laborieuse, les Aurillacois ont fait le job pour l’emporter et prendre quatre nouveaux points.

Il fallait gagner. Les Aurillacois l’ont fait. Toute la semaine, le staff et les joueurs avaient travaillé sur un point : utiliser le positif de Béziers pour venir à bout de Vannes. Cela peut paraître évident au premier abord, mais ce n’est pas aussi simple en pratique. D’ailleurs, cela s’est un peu ressenti sur le début de la partie où les coéquipiers de Pierre Roussel peinent à prendre leur marque face à des Vannetais maîtres de l’espace et du ballon.

Une première demi-heure aurillacoise entachée d’imprécisions, de ballons perdus ou trop vite rendus. Une fébrilité que l’on aurait pu attribuer au manque de confiance après la défaite improbable à Béziers la semaine dernière, le réveil de Rouen à Oyonnax et cette impérieuse nécessité pour les Cantaliens de gagner pour sauver sa peau en Pro D2.

Et c’est là que les Rouge et Bleu ont peut-être franchi un cap. Ils ont laissé passer l’orage, repris leurs esprits et leurs marques pour retrouver, dans un premier temps, de la cohésion puis de la cohérence. "Ce que j’explique aux joueurs depuis un moment, c’est qu’il faut qu’on se focalise sur ce qu’on sait faire. Tant que nous sommes performants, on ne regarde pas les autres", analysait Roméo Gontineac.

Les vertus de la patience

Avec patience, les Aurillacois se remettent la tête à l’endroit, s’y envoient comme il se doit et retrouvent le fil de la rencontre. Le collectif défensif fait le job, la conquête assure l’essentiel, encore faut-il savoir ce qu’on fait avec le ballon derrière. Gauthier Minguillon traduit peut-être bien ce nouvel état d’esprit des Cantaliens depuis décembre. L’ailier de poche n’aura pas ménagé sa peine en défense, tout comme il tentera de trouver des solutions ballon en mains. "Pas forcément à bon escient d’ailleurs, s’amusait-il à la fin de la rencontre. On les a épuisés et réalisé un travail de sape qui a porté ses fruits à la fin. Malgré nos erreurs de la première mi-temps, on n’a ni baissé de rythme, ni changé les intentions que nous avions." La puissance vannetaise n’aura donc pas eu raison des intentions de jeu aurillacoises pour trouver la faille en étirant cette défense.

Exactement ce qu’il s’est passé sur l’essai de Thomas Dubourdeau qui, sur un temps fort à plusieurs temps de jeu, bonifie enfin ces intentions, profitant des appels au large et du surnombre qui se profile… pour se faire la malle sous les perches par un trou de souris (64e). Cet essai scellera le sort des Vannetais, à 15 contre 15. Vendredi soir, tous les joueurs avaient le sourire et tous saluaient "cette nouvelle dynamique" et un "discours positif" "chacun sait ce qu’il doit faire pour gagner une rencontre".

Et à la question d’avant-match, Aurillac est-il en mesure d’encaisser les coups durs, relever la tête et passer à autre chose, la réponse est oui !

Jean-Marc Authié
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir