Grenoble se saborde !

  • Ange Capuozzo (Grenoble)
    Ange Capuozzo (Grenoble) Icon Sport / Icon Sport / Icon Sport
Publié le / Mis à jour le

Pouvant passer leaders, les Isérois ont littéralement offert la victoire. Inquiétant.

De la prise d’étranglement de Blanc-Mappaz au lancer de balle d’Escande d’énervement dans le visage de Graou, les Grenoblois sont complètement sortis de leurs gonds après la pause. D’autres exemples de hors-jeu ou d’en-avant sont nombreux dans une mi-temps qui a vu leur perte. Mais pourquoi cet acharnement ? L’apport d’un banc de qualité aurait pourtant dû permettre au FCG de creuser la marque et non un fossé. L’entraîneur Stéphane Glas est apparu passablement fâché : "La deuxième mi-temps est inacceptable. On ne peut pas rendre des copies pareilles. À l’extérieur, avec deux cartons jaunes et 20 pénalités, c’est réglé ! Si on nous avait dit ça avant le match, on n’aurait pas fait six heures de bus aller-retour."

Irrégularité criante

L’écart de niveau d’un match à l’autre à domicile et à l’extérieur a particulièrement inquiété l’ancien international. Le demi d’ouverture Enzo Selponi n’a pas vu une équipe capable de survivre à ses ambitions : "Si on a la prétention de monter en Top 14, 20 fautes sur l’ensemble du match ça ne pardonnera pas et on ne prendra pas seulement 21-13 à la fin." Encore faut-il s’assurer une accession. À propos de la première place qui était à portée de tir, Stéphane Glas a le mot de la fin : "Être leader ça se mérite et on ne mérite rien sur ce match. Repartir avec zéro point est tout à fait normal."

Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir