La défense toulousaine, clé du succès

  • Benoît Paillaugue et les Montpelliérains n'auront pas réussi à se défaire d'une féroce défense toulousaine.
    Benoît Paillaugue et les Montpelliérains n'auront pas réussi à se défaire d'une féroce défense toulousaine. Icon Sport
Publié le

Dans un match où il aura quand même bien subi, le Stade Toulousain s'en est sorti face à Montpellier (25-7). Face à la puissance adverse, les hommes d'Ugo Mola auront eu la capacité de faire le dos rond notamment à la fin de cette première mi-temps où ils ont été acculés dans leur camp et dont défendre corps et âme leur ligne.

Zéro point pour les Montpelliérains à la pause, la tâche n'était pas facile. Et pourtant, ce fut bien la réalité sur le tableau d'affichage. Le point fort du match sans contestations côté Toulousain aura été cet appétit en défense. Un barbelé installé juste avant la première mi-temps où les Haut-Garonnais ont été héroïques. "On avait mis en place une défense agressive" s'est félicité Sofiane Guitoune en zone mixte. Une défense dans laquelle s'est notamment illustré Rynhardt Elstadt. Le troisième ligne sud-africain a été fidèle à lui-même dans un de ses exercices favoris. Mais le Springbok reflète l'ensemble de la performance du 8 de devant Toulousain, qui a réussi à museler la puissance montpelliéraine. "Il faut féliciter nos avants qui ont fait un super boulot pour contrer leurs ballons portés et la puissance de leurs avants quand ils ont joué près des rucks". Les Du Plessis ou autre Van Rensburg n'auront rien pu faire sur les touches Montpelliéraines, habituelles rampes de lancement des Cistes, face à la sérénité de Toulouse près de sa ligne.

Le calme de nos joueurs il est olympique quand même par rapport à Montpellier ! Incroyable ! #STMHR

— (F)&Livre (@f_livre) February 23, 2020

"Le bonus est chanceux"

Mais les Toulousains ne se voilent pas la face. Les premiers mots de Régis Sonnes sont clairs : "Le bonus est un peu chanceux car Montpellier a eu beaucoup d'occasions de scorer". L'entraîneur des avants a quand même posé un bémol sur la fin de la première mi-temps et les assauts incessants des Montpelliérains sur la ligne Toulousaine. "On aurait pu éviter de se mettre dans cette situation-là, on prend un carton jaune aussi, cela prouve que notre gestion n'a pas été complètement bonne". Mais la force des Toulousains a bien été de ne pas encaisser le moindre point lors de ce carton jaune infligé à Alban Placines sur une action longtemps visionnée à la vidéo par l'arbitre. Mais Sonnes en est convaincu, "le match s'est gagné en fin de première mi-temps. On s'était dit à la mi-temps que le retour des vestiaires allait être primordial et on a tenu".

La solidarité Toulousaine à l'œuvre

Pour Sofiane Guitoune, l'essentiel est cette mentalité et cette confiance entre les joueurs. Le centre est conscient que son équipe a manqué des plaquages. "On est tombé sur le cul parfois" dit-il, lui qui à la 69e effectue un énorme retour défensif sur Nadolo. "Mais il y a toujours un gars qui revenait pour plaquer et faire tomber. On a fait le dos rond, on a montré une grande solidarité" affirme pour sa part Lucas Tauzin, auteur d'un bel essai et qui a vécu ses premiers moments avec le groupe France durant la semaine passée. Une parenthèse enchantée comme l'a connu le Stade Toulousain sous le soleil d'Ernest-Wallon. Car avec ce beau succès, bonus offensif en poche, le champion de France en titre se retrouve sixième, certes, mais à seulement deux points du podium. Les Rouges et Noirs devront remettre le couvert la semaine prochaine lors d'un déplacement peu évident, à Bayonne.

Kenny Ramoussin
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?