• Rodrigo Capo Ortega, dix-huit saisons castraises, ne sera plus un joueur du CO la saison prochaine.
    Rodrigo Capo Ortega, dix-huit saisons castraises, ne sera plus un joueur du CO la saison prochaine. Icon Sport / Icon Sport / Icon Sport
Publié le / Modifié le
Top 14

La der’ de Capo Ortega

Le temps a fini par faire son œuvre. À 39 ans, Rodrigo Capo Ortega ne fera plus partie de l’effectif des joueurs du Castres olympique la saison prochaine.

Le deuxième ligne totémique, treize saisons et 400 matchs sous les couleurs du CO, est arrivé au club en 2002. Il avait 22 ans à peine. Dix-huit ans plus tard, le joueur s’est construit un solide palmarès en devenant double champion de France (2013 et 2018), vainqueur du Challenge européen (2003) et de la Coupe de la Ligue (2004). Même s’il appartient à une forme de logique -son temps de jeu se réduit à peau de chagrin cette saison- c’est une page du club qui va se tourner avec le départ de ce joueur apprécié de tous, symbole des valeurs du Castres olympique sur les deux dernières décennies : travail, courage, abnégation. En plus de sa légende uruguayenne, le CO a aussi annoncé à huit autres joueurs qu’ils ne seraient pas reconduits. Il s’agit des troisième ligne Kévin Gimeno (28 ans, déjà réengagé à Biarritz), Camille Gérondeau (31 ans), de l’ailier Julien Caminati (34 ans), du trois-quarts centre Robert Ebersohn (31 ans), des piliers Paea Fa’anunu (31 ans) et Sosefo Faletea (32 ans, réengagé à Agen).

Samson et Tulou non conservés

Enfin, on ne verra plus non plus la saison prochaine deux autres joueurs qui ont écrit les plus belles pages de l’histoire récente du club. Christophe Samson et Alex Tulou. À respectivement 36 et 32 ans, les deux joueurs disposent eux aussi d’un joli palmarès sous les couleurs castraises (huit et cinq saisons effectuées). Avec le départ de ces trentenaires, le CO, qui figure l’une des équipes à la moyenne d’âge la plus élevée cette saison, devrait donc faire souffler une vague de jeunesse sur son effectif en vue de la saison prochaine.

Voir les commentaires
Réagir