Les Brivistes touchés et coulés

  • Les joueurs de Brive ont perdu gros ce week-end dans la course au maintien contre un concurrent direct
    Les joueurs de Brive ont perdu gros ce week-end dans la course au maintien contre un concurrent direct Icon Sport / Icon Sport / Icon Sport
Publié le / Mis à jour le

Cette défaite contre Agen est la deuxième à domicile cette saison. Le CABCL a fait un non-match en touche et se met en danger.

Face à de vaillants Agenais, Brive a connu une des défaites les plus préoccupantes de la saison. Une défaite due à une grosse défaillance dans le secteur de la touche (10 lancers perdus). Thomas Acquier s’est d’ailleurs rapidement présenté après le match face aux médias. Le talonneur, les yeux rouges et marqué par sa contre-performance du soir, a tenu à s’exprimer sans question au préalable : "Je dis juste ce que j’ai à dire et je pars. J’endosse une bonne partie de la défaite sur ma faillite en touche. J’ai bien entendu et compris les sifflets du public. J’ai perdu confiance en moi dans le secteur de la touche. À moi de travailler mentalement et techniquement pour progresser et que cela ne se reproduise plus." Jeremy Davidson à évidemment lui aussi fait ce constat : "Le rugby sans le ballon, ce n’est pas très intéressant. Sans conquête en touche, on n’a pas existé. Perdre dix ballons dans ce secteur, c’est impensable." Et pourtant, ce fut bien l’un des facteurs qui précipita la chute des Brivistes : au-delà de la faillite d’Acquier, qui ne peut pas être seul responsable, c’est tout un alignement qui s’est planté : lifts oubliés, sauteurs maladroits, lancers trop hauts… Ajoutez à cela un bon contre agenais et vous aurez le compte. On a même eu droit à une faute du demi de mêlée Lobzhanidze qui mit un pied dans le couloir des cinq mètres au moment de se retourner pour capter le micro-lancer de Thomas Acquier en deuxième période ! Quand rien ne va…

L’entraîneur du CAB était tout simplement déçu de ce non-match offensif : "C’est une grosse déception. On a été défaillant en conquête. Passer 80 minutes à défendre, c’est fatigant. Prendre 30 points à la maison, ça ne fait plaisir à personne".

Surtout, ce match était important dans la course au maintien et cette défaite remet Brive en danger, comme le précise le capitaine briviste Saïd Hirèche : "C’est une défaite qui fait mal à la tête. On s’était dit qu’il fallait gagner pour prendre un peu d’air et là, on se remet sous pression au classement. Ce soir, on prend une claque et on se la ferme". En effet, avec cette défaite, les Brivistes sont désormais à la 10e position et ne comptent plus que cinq points sur le dernier de Top 14.

Hirèche : "On va voir si on est vraiment solidaire"

Désormais, il va falloir rebondir très vite pour le club corrézien s’il ne veut pas sombrer au classement et vivre une fin de saison délicate. Pour cela, les joueurs brivistes devront passer à autre chose et ce, dès la semaine prochaine avec la venue de Lyon. D’ailleurs, cette réception est déjà dans toutes les têtes après la déception contre Agen. "Aujourd’hui, c’est vraiment une mauvaise journée, on va se remettre dès lundi au travail", annonce Jeremy Davidson. Avec de nombreux matchs restants, les joueurs semblent être prêts à se battre pour rester en vie en Top 14, comme l’explique l’ailier Joris Jurand : "On va vite se remettre au boulot et passer la frustration de ce non-match." Pour le capitaine du club Saïd Hirèche, qui a déjà connu des fins de saisons suffocantes, la solidarité sera la clé du maintien : "Peut-être qu’il faut que l’on mange notre pain noir. À partir de maintenant, on va voir si on est vraiment solidaire. On doit compter les uns sur les autres et se remettre au boulot si on veut rester dans ce championnat. Contre Lyon, il faudra être bien meilleur qu’aujourd’hui." Le match de Lyon semble alors capital pour le club corrézien car la suite du calendrier n’est pas forcément clémente avec les Brivistes avec un déplacement périlleux au Stade français et la réception de La Rochelle, très en forme en ce moment. Mais une chose est sûre les Brivistes ne lâcheront rien.

Damien Souillé
Voir les commentaires
Réagir