Etzebeth, le patron de la rade

  • ETZEBETH, Le patron  de la rade
    ETZEBETH, Le patron de la rade Icon Sport / Icon Sport / Icon Sport
Publié le / Mis à jour le

Y a-t-il encore besoin de présenter Eben Etzebeth ? Le tout nouveau champion du monde sud-africain fait bien partie des meilleurs joueurs du monde et une des références à son poste. Et depuis son arrivée dans le Var, le deuxième ligne (2,03 m et 123 kg) le démontre week-end après week-end !

Toujours impressionnant, l’ancien des Stormers est tout simplement le meilleur joueur à son poste de La Grande Mêlée avec au moins cinq rencontres de Top 14 disputées. Eben Etzebeth rapporte en moyenne 23,6 points. Et pour ceux qui pensaient qu’il viendrait passer une année sabbatique sur la rade, le Sud-Africain avait très vite mis les points sur les i. "Je n’ai pas traversé le monde pour m’offrir des vacances au soleil et passer du bon temps. Je veux remporter des trophées. Quand tu as la chance d’en avoir déjà gagné, tu en veux plus. C’est automatique. Cette saison nous ne pouvons pas gagner la Champions Cup, alors tentons d’aller au bout en Challenge Cup. Le Top 14 ? Nous sommes bien placés, donc continuons de travailler pour disputer les phases finales. Je suis mauvais perdant et je veux qu’on soit performants." avait-il déclaré à son arrivée dans les colonnes de Midi Olympique.

Déjà sa saison la plus prolifique

S’il répond toujours présent dans ses domaines de prédilection comme la touche, la défense ou le combat, Eben Etzebeth s’est découvert en France des talents de finisseurs. Du tout bon pour vos affaires sur La Grande Mêlée. En effet, à Mayol, le Sud-Africain a déjà fini dans l’en-but à deux reprises, contre Clermont pour son premier match de championnat et dernièrement contre Brive. Deux essais en seulement cinq matchs ? Un ratio à fait pâlir certains des meilleurs finisseurs de l’Hexagone ! Lui qui n’avait pour lors inscrit que cinq essais tout au long de sa carrière en club ou province (76 matchs avec les Stomers et la Western Province en Afrique du Sud ou les NTT Docomo Red Hurricanes au Japon). Bref, tout un tas de raison pour lesquelles nous conseillerons les amateurs de valeurs sûres de se jeter sur celui qui a déjà figuré dans la Dream Team de la journée 15. Un talent qui a tout de même un coût… 15,2 étoiles.

Voir les commentaires
Réagir