• Liam Williams (pays de Galles) lors du Mondial 2019 au Japon
    Liam Williams (pays de Galles) lors du Mondial 2019 au Japon PA Images / Icon Sport / PA Images / Icon Sport / PA Images / Icon Sport
Publié le / Modifié le
Transferts

Liam Williams et Webb ont la bougeotte

Les internationaux se mettent à bouger dans tous les sens. Liam Williams rentre au pays plus tôt que prévu. Quantà Rhys Webb, on a du mal à suivre ses pérégrinations.

Il est parfois difficile de suivre les pérégrinations des joueurs gallois. En plein milieu de saisons, deux d’entre eux viennent brusquement de changer de clubs. L’arrière Liam Williams d’abord. On savait qu’il devait quitter les Saracens en fin de saison, une des premières causes de la grande crise de son club et des sanctions qui ont suivi, avec un retour prévu aux Scarlets pour l’été prochain. Mais on a appris que le transfert allait se faire immédiatement. Le club anglais et la franchise de Llanelli se sont mis d’accord, sans doute pour réguler autant que faire se peut l’épineuse question de la masse salariale des Sarries (relégués en D2 la saison prochaine). Jon Daniels, le manageur des Scarlets, a indiqué que le joueur serait disponible pour la Ligue celte et la Challenge Cup. Les Gallois doivent affronter Toulon en quart de finale. Liam Williams (62 sélections, plus trois avec les Lions britanniques et irlandais) n’a plus joué depuis octobre à cause d’une blessure à une cheville. Mais il est en train de reprendre l’entraînement et devrait être prêt pour les échéances européennes. Toulon devrait donc le croiser.

Webb, le furet : il est passé par ici, il repassera par là

Toulon, justement, c’est l’ancien club de Rhys Webb, le demi de mêlée aux 34 sélections. Le RCT l’avait mis à l’écart en apprenant qu’il était pris dans le groupe du Tournoi 2020 avec sa sélection, tout en annonçant son retour au pays, aux Ospreys, l’été prochain. Alors que Webb avait été recruté avec l’idée qu’il se mettait en congé de l’équipe nationale. Le président Lemaître avait donc trouvé son attitude malhonnête. Après l’avoir mis à l’écart, le RCT l’a finalement libéré de son contrat. Et on a appris qu’il s’était engagé jusqu’à la fin de la saison avec… Bath. Le club anglais se trouvait démuni à ce poste après la blessure d’Alex Green (jambe fracturée).

On rappelle que le cas de certains Gallois est compliqué du fait que les expatriés doivent afficher au moins 60 sélections pour être sélectionnables. Mais que ce principe peut connaître des exceptions : c’est ce qui s’est passé pour Webb qui avait obtenu une dispense de la WRU négociée par son son agent. Un vrai imbroglio pour un club employeur.

Voir les commentaires
Réagir