Saint-Antoine veillez sur eux

  • Antoine Dupont
    Antoine Dupont PA Images / Icon Sport / PA Images / Icon Sport / PA Images / Icon Sport
Publié le / Mis à jour le

L'édito du lundi de Léo Faure... D’autres se sont posé ces questions, ce n’est pas un secret. De son ancien entraîneur au CO, Christophe Urios, jusqu’à son président de fédération Bernard Laporte. Comme ces glorieux "autres", nous avons pu émettre ces quelques mesures au sujet d’Antoine Dupont : ce gamin dur comme la pierre, et hautement tignous* sur un terrain de rugby était-il, pour autant, doté de cet instinct de stratégie qui fait les grands numéros neuf ?

Dupont n’avait pas son pareil, sur trois ou cinq mètres, pour déposer les plus réputés des défenseurs, mais saurait-il demain devenir un caporal, tel qu’on conçoit le demi de mêlée dans nos contrées latines ?

Le temps a passé depuis ce 26 octobre 2014 où Dupont fit, avec Castres, ses grands débuts chez les professionnels. C’était face au Leisnter, rien que ça. C’était sous dérogation, "Toto the kid" n’ayant alors que 17 ans et non-autorisé, en théorie, à se frotter aux biceps sur pattes qui sévissent chez les hommes, les vrais.

Antoine Dupont a désormais 23 ans et, en vrai, ces interrogations inaugurales demeurent. Celle d’un idéal stratégique, comme celle de ses talents d’hypnotiseur de "gros". Avec une nuance toutefois : le temps a passé et on se fout bien, désormais, de ces considérations.

Le talent de Dupont se confirme, rare et précieux. Généreux, surtout. Immensément généreux, ce qui plaît, fait lever une foule et l’oblige à l’émerveillement. Ses points forts, tellement forts, éteignent aujourd’hui sans mal les débats sur ses points faibles.

C’est d’ailleurs le propre des plus grands, à l’international. Il ne s’agit plus seulement d’être un bon joueur de rugby. Il s’agit d’assurer le standard requis dans tous les secteurs et, en sus, de mettre au service de son équipe un superpouvoir. Chacun le sien.

À son poste, par exemple : George Gregan courrait le 100 m en 25 minutes mais reste le plus grand numéro 9 de l’histoire, difficilement contestable par l’influence qu’il exerçait sur la conduite exacte du jeu, la motivation de ses coéquipiers et l’irritabilité de ses adversaires ; Philippe Carbonneau ignorait sciemment les promesses de la diététique, mais pigeait le rugby à ce point qu’il aurait pu jouer indifféremment du 6 au 15, sans perdre en qualité ; Aaron Smith colle au ballon plus vite que son ombre et Jacques Fourroux, en grand mentaliste, aurait pu persuader le trio Paparemborde-Paco-Cholley des bienfaits du véganisme.

à sa manière, avec ses codes et ses instincts, Antoine Dupont s’inscrit dans cette grande lignée. Pour ceux qui en douteraient, Gregan le disait, en novembre dernier aux Oscars Midi Olympique, lorsqu’il annonçait à ses côtés être en présence du "meilleur demi de mêlée du monde" tout en posant une main sur son épaule, le temps d’une photo. Gareth Edwards était là, scintillant à cette vision. Eddie Jones, en juin dernier, promettait avoir vu "un match de grand champion" lorsqu’il évoquait la performance du Toulousain, en finale du Top 14 face à Clermont. Voilà ce qu’est Dupont. Un grand champion. Le genre de mec dont les Bleus ont tant manqué. Et qu’ils retrouvent soudainement, en même temps que la victoire. Tiens donc.

* "petite teigne" en Occitan

Midi-Olympique
Voir les commentaires
Réagir