Le RC Vannes a marché sur Valence Romans

  • Maelan Rabut (Vannes)
    Maelan Rabut (Vannes) Icon Sport / Icon Sport / Icon Sport
Publié le / Mis à jour le

Un cavalier seul. Une rencontre à sens unique. Les expressions, synonymes, peuvent toutes être utilisées pour caractériser le scénario de cette rencontre entre des Bretons revanchards et une équipe valentinoise à laquelle colle encore et toujours le statut de lanterne rouge.

Le résumé

Le ton fut d’ailleurs donné très rapidement par les Vannetais, qui ont inscrit vendredi leur premier essai après seulement deux minutes de jeu, par l’intermédiaire de Quentin Dubreuil. Les réalisations vannetaises se sont en fait accumulées de manière presque torrentielle dans les vingt premières minutes : à la réalisation de Dubreuil, ont suivi celles de Kevin Bly (11e), meilleur marqueur du RCV, de Popelin (13e), replacé à l’ouverture, et de Pierre Boudehent (19e), pour ses premières minutes sous le maillot des Morbihannais.

En réponse, les Drômois n’ont eu que peu d’arguments à opposer. Ils ont pourtant tenté, comme ils l’ont pu, en contre, et ont même été récompensés par un essai de Ndiaye avant la demi-heure de jeu (24e), puis de Zouhaïr dans les derniers instants de la première période (40+1e). Mais dominé dans quasiment tous les compartiments du jeu, dans un match qui s’est quasiment mué en un échange continuel attaque-défense, Valence Romans n’aura jamais réellement entrevu la lumière.

Insatiables, les Vannetais ont corsé l’addition de trois essais supplémentaires, par Andrew Cramond (30e), Kevin Burgaud (61e) et Cyril Blanchard (70e), tandis que les buteurs bretons enquillaient un quasi sans-faute devant les perches. Les cartons jaunes de Pat Leafa et de Pierre Boudehent n’ont pas remis en cause une domination de presque tous les instants de Vannes, alors que Valence pouvait regretter de ne pas vraiment être descendu du bus.

Le tournant du match

Dans un retour à son rôle de formation, Pierre Popelin aura finalement initié le tournant du match. Soit son basculement presque définitif dans le giron des Vannetais. En inscrivant le troisième essai des Bretons avant même le quart d’heure de jeu, le polyvalent arrière a fait rapidement prouvé aux locaux qu’ils avaient tout pour prétendre au bonus offensif dans leur stade de la Rabine. Ce qui a, par la même occasion, mis un sacré coup derrière la tête des Drômois. Leur entraîneur Johann Autier reconnaissait d’ailleurs volontiers après la rencontre que cet essai fut certainement celui de trop, trop vite, pour ses hommes, les empêchant de croire à une éventuelle remontée.

L’action du match

Ce fut l’une des actions les plus symboliques de la domination des Vannetais. Lorsque Pierre Boudehent, arrivé à Vannes en début de bloc en tant que joker médical d’Albert Vulivuli, a percé plein axe après une interception, et s’en est allé planté le quatrième breton sous les poteaux, le centre a illustré à la fois toute la maladresses dont Valence Romans a fait preuve vendredi soir, et toute l’efficacité offensive des Vannetais. Boudehent aura d’ailleurs été l’un des acteurs marquants de la rencontre, dans le meilleur comme dans le pire, marqueur pour son premier match mais aussi expulsé directement quelques minutes avant l’heure de jeu (54’).

Chloé Lebouchard
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir