Laidlaw : « Je donnerai tout, jusqu’à la fin »

  • Greig Laidlaw sera à fond avec Clermont pour la fond de son aventure
    Greig Laidlaw sera à fond avec Clermont pour la fond de son aventure Icon Sport / Icon Sport / Icon Sport
Publié le / Mis à jour le

Excellent dans le jeu face à Agen, le demi de mêlée écossais Greig Laidlaw veut terminer de la meilleure des manières son aventure avec clermont.

Clermont a montré deux visages ce soir…

C’est vrai, nous avons très bien débuté le match en menant 10-0 puis nous avons perdu notre discipline après les vingt premières minutes, en faisant des fautes facilement évitables. Ce fut donc l’objet de notre discussion à la mi-temps, il fallait retrouver notre discipline. On s’est dit que si l’on faisait cela, nous n’aurions plus à aller batailler pour chaque ballon dans les rucks, et aller leur mettre la pression en défense et sous les ballons hauts. Surtout, l’important était de garder le ballon et d’imposer notre jeu.

Avez-vous le sentiment que la dimension physique vous a donné un avantage décisif ?

Cela nous a aidé oui, je pense à Peceli Yato qui a très bien porté le ballon, Alex Lapandry a beaucoup plaqué et le retour de Sitaleki Timani nous a fait du bien aussi. Rabah Slimani et ses potes ont dominé la mêlée, donc il est évident que la domination physique a joué un grand rôle dans notre victoire.

Commenciez-vous à vous inquiéter du fait de ne pas avoir encore décroché de point de bonus de la saison ?

Nous en avons parlé, oui. Mais les bonus, cela se mérite. Il faut ce qu’il faut pour en décrocher un, autant en attaque comme en défense. Aujourd’hui, nous n’avons pas paniqué quand Agen est revenu dans le match et nous avons fait le nécessaire en deuxième mi-temps pour mériter ce bonus.

On vous a vu vous échapper au bord d’un ruck, pour offrir un essai à votre partenaire Alexandre Lapandry…

Je me suis fait plaisir ce soir. C’est toujours bon de démarrer un match et d’avoir une influence dessus. J’ai eu l’impression d’y parvenir ce soir et c’est une bonne chose, même si j’ai eu une prestation mitigée face aux buts : j’ai réussi des pénalités difficiles et j’ai échoué sur d’autres plus faciles. Et j’ai horreur de manquer les pénalités ! Mais dans ces cas-là, il faut faire la part des choses et rester concentré.

Vous vivez votre dernière saison avec Clermont, comment le vivez-vous ?

Je profite de chaque moment car j’ai vraiment aimé mon temps ici. Mais ce n’est pas fini. Je serai là jusqu’au dernier jour de mon contrat et je donnerai tout pour mon équipe jusqu’à la fin car ce fut une expérience géniale. J’ai vécu une finale de Top 14, et un titre en Challenge Cup, je ne veux pas m’arrêter là.

Quel trophée préféreriez-vous, la Coupe d’Europe ou le bouclier de Brennus ?

N’importe lequel mec, n’importe lequel !

Que vous a apporté Joe Schmidt ces dernières semaines ?

Son expérience. Il a jeté un œil à notre environnement et nous a apporté des conseils. C’était un regard nouveau, un autre point de vue et Joe a pointé des détails qui font souvent les grandes différences.

Quel regard portez-vous sur les performances de l’Écosse dans le Tournoi ?

Je soutiens mon pays, Stuart Hogg est l’un de mes meilleurs amis. J’ai regardé tous leurs matchs, et je dois reconnaître que celui contre l’Angleterre était horrible en raison des conditions. J’ai aimé la réaction contre l’ Italie, car ce n’est jamais facile d’y gagner.

Avez-vous écrit à Hogg pour le soutenir après ses maladresses ?

Il n’a pas besoin de mon empathie pour se remettre de ce genre de choses. Il a fait une erreur, il l’a assumée et il a répondu en signant un grand match contre l’Italie. C’est un joueur de classe mondiale, et un grand capitaine pour l’équipe. Je suis à 100 % à ses côtés, ainsi qu’à ceux de l’Écosse.

Voir les commentaires
Réagir