Les démons de la mêlée

  • Xavier Chauveau avant d'introduire en mêlée
    Xavier Chauveau avant d'introduire en mêlée Icon Sport / Icon Sport / Icon Sport
Publié le / Mis à jour le

Les Agenais auront été copieusement dominés dans le secteur de la mêlée fermée. De quoi raviver de vieux souvenirs.

"No scrum, no win" disent donc les Anglais. On ressort souvent l’adage mais les Agenais en ont fait l’amère expérience hier à Armandie face aux Clermontois. En grande difficulté il y a quelques saisons dans ce secteur primordial, les Agenais avaient depuis refait surface avec une conquête satisfaisante et de véritables fers de lance comme l’Irlandais Dave Ryan ou le Géorgien Giorgi Tetrashvili. Mais hier, la mêlée du SUA a vécu un véritable calvaire notamment lors de la deuxième mi-temps. Certes, les Agenais n’auront concédé que onze pénalités… mais huit d’entre elles concernent directement les piliers. En première période, l’écart se faisait déjà ressentir avec Malino Vanaï, à son aise dans le jeu courant mais en difficulté face à l’expérimenté Rabah Slimani. L’ancien Montalbanais va être pénalisé à deux reprises, de même que Dave Ryan qui effectué son grand retour mais était directement lancé titulaire.

La deuxième mi-temps aura donc été un long calvaire. "On a eu un gros problème, concevait Jessy Jegerlehner après le match. On va voir ce qui s’est passé mais c’est vraiment le secteur où l’on a pêché." Preuve en est avec la paire Negrotto-Tetrashvili qui aura été au supplice face à Uhila et le très solide Zirakashvili. Le Géorgien agenais aura concédé trois pénalités sur sa demi-heure de jeu et même un carton jaune à la 73e minute infligé par l’arbitre Cédric Marchat. Le joker médical Negrotto aura lui concédé une pénalité pour parfaire la douloureuse tenue de la mêlée lot-et-garonnaise. "Les gros nous ont tellement fait gagner de match cette saison mais aujourd’hui c’était assez difficile, admet l’ouvreur Léo Berdeu. Après, je ne dis pas du mal d’eux, ils sont tombés sur plus fort mais ça reste une défaite de tout le groupe."

La deuxième ligne blessée, source du problème ?

Ce gros souci en mêlée trouve peut-être sa cause dans la perte des deux deuxième ligne agenais. La paire Murday-Joordan, très puissante, est un très bon point d’appui pour les piliers. Mais hier, les deux joueurs sont sortis assez tôt. Jérémy Jordaan, récemment arrivé dans le groupe et qui disputait son quatrième match a dû sortir à la mi-temps, certainement blessé aux côtes. Pour le capitaine Tom Murday, qui en plus de sa puissance, possède une grosse mobilité et est un défenseur hors pair, il a dû sortir après un peu plus de cinq minutes en deuxième période. Le technicien agenais Christophe Laussucq en est persuadé, son équipe "a été lourdement handicapée" par les sorties de ces deux joueurs. "On perd nos deux numéros 5, on finit avec un troisième ligne en deuxième ligne (Dylan Hayes, N.D.L.R.), on finit un ailier en troisième ligne (Timilai Rokoduru, N.D.L.R.), c’est compliqué, il y a forcément un déficit de puissance, constate Laussucq. Dès lors, on subit, on a aucun ballon en deuxième période." Quoi qu’il en soit, c’est bien ce secteur précis qui aura fait plonger le SUA devant son public. Un pack et une équipe qui devra réagir face à Pau, de nouveau à Armandie, stade où le SUA n’a plus gagné depuis plus de quatre mois.

Kenny RAMOUSSIN
Voir les commentaires
Réagir