O’Gara a échoué

  • Ronan O'Gara et Jono Gibbes à La Défense Arena
    Ronan O'Gara et Jono Gibbes à La Défense Arena Icon Sport / Icon Sport / Icon Sport
Publié le / Mis à jour le

Ronan O’Gara, l’architecte de la défense du Racing2, avait probablement imaginé un tout autre retour dans les Hauts-de-Seine.

Ronan O’Gara a passé quatre saisons au Racing, de 2013 à 2017. Alors, on n’en a pas parlé avec lui avant match mais on imagine volontiers que l’Irlandais avait fait de ce retour dans les Hauts-de-Seine un événement majeur de sa saison en Top 14. Verdict ? L’échec est important, majuscule, même. Car l’entraîneur en chef du Stade rochelais savait, pour l’avoir pratiqué quatre ans, que Laurent Travers aimait que ses "gros" déroulent des mauls pénétrants : à Nanterre, deux d’entre eux furent pourtant fatals aux Rochelais. Pour l’avoir mise en place à son arrivée en région parisienne au printemps 2013, Ronan O’Gara savait également que la défense du Racing aimait monter haut et fort sur l’adversaire. Et puis ? Deux essais franciliens furent pourtant aplatis après des interceptions, la première de Finn Russell, conclue par lui-même ; la seconde par François Trinh-Duc, lequel offrit dans sa chute à Dorian Laborde son deuxième essai de la saison.

Une réaction face au leader ?

Concernant le patron sportif rochelais, vous nous direz probablement qu’il n’est pas seul responsable du naufrage des Maritimes, puisque n’étant pas sur le terrain. Malgré tout, l’Irlandais est, avec Jonno Gibbes, le dépositaire du projet de jeu du Stade rochelais et, en ce sens, la préparation qu’il fit de ce déplacement dans les Hauts-de-Seine fut simplement hors sujet. "Cette défaite, c’est dur mais c’est juste, expliquait Gibbes après le match. Nous n’avons gagné aucune collision, nous n’avons pas su les mettre sous pression ou défendre leurs ballons portés. En fait, je crois que nous ne sommes même jamais partis de La Rochelle." Dans le quartier de La Défense, les Maritimes ont pris la marée et, avant de recevoir le leader bordelo-béglais au stade Marcel-Deflandre, devront donc sonner la mobilisation générale, au risque de voir leurs chances de qualification sérieusement compromises… M. D.

Midi-Olympique
Voir les commentaires
Réagir