Quel non-match !

  • Les Toulousains ont chuté à Bayonne
    Les Toulousains ont chuté à Bayonne Icon Sport / Icon Sport / Icon Sport
Publié le / Mis à jour le

Dominé dans tous les secteurs du jeu et handicapé par une grosse indiscipline, le Stade est tombé dans le piège tendu par le promu.

Toulouse n’y arrive pas. Les chiffres sont là pour le rappeler. Les Stadistes n’ont ramené qu’une victoire de leurs neuf déplacements et, avec seulement six points pris loin d’Ernest-Wallon, ils occupent la onzième place du classement à l’extérieur. Loin, très loin, des écuries du haut du tableau. Si les Toulousains sont encore dans la lutte pour une place parmi les six premiers, ils le doivent finalement à leur invincibilité à domicile. Samedi, les champions de France se sont donc une nouvelle fois inclinés à l’extérieur et n’ont même pas réussi à ramener le moindre point de ce court séjour au Pays basque. "C’est insuffisant pour viser la qualification, soupirait Laurent Thuéry, l’entraîneur de la défense. Pour l’instant, nous ne sommes pas dans les six, donc bien sûr qu’il y a une inquiétude. Mais les cartes sont encore dans nos mains. Nous sommes maîtres de notre destin. Il ne faut pas se cacher derrière quoi que ce soit et bien analyser notre performance." Sixièmes avant ce voyage, les Rouge et Noir perdent une place au classement et quittent la zone des qualifiables. "Nous n’avons jamais été certains de nous qualifier. Le doute a toujours été là, reconnaissait Clément Castets après la rencontre. Ce n’est pas "Bayonne a fait le match parfait", c’est "Bayonne a fait le match". Nous n’avons pas joué du tout, nous n’avons pas été présents."

Que de fautes !

Dominés dans l’engagement et privés de ballon, les Toulousains n’ont jamais su se sortir du piège bayonnais. Ils s’y sont engouffrés les deux pieds dedans et s’y sont enfoncés peu à peu. Les seize pénalités sifflées à l’encontre des coéquipiers de Jerome Kaino (alors que l’Aviron n’a été sanctionné que sept fois) en sont la preuve. "Il faut être plus intelligent sur le terrain. Nous avons fait des erreurs bêtes ! On ne peut pas gagner à l’extérieur avec cette indiscipline. De mémoire, je sais qu’il y a deux ou trois situations sur lesquelles nous ne subissons pas et nous nous mettons à la faute. C’est un manque de maîtrise clair", regrettait encore Laurent Thuéry.

Faire des fautes est une chose. Ne pas arriver à se sortir de la pression mise par l’adversaire en est une autre. En ce sens, les joueurs d’Ugo Mola sont apparus sans solution face à l’agressivité défensive imposée par l’Aviron bayonnais, à l’image d’un Cheslin Kolbe marqué à la culotte et à qui les Basques n’ont pas laissé le moindre centimètre pour s’exprimer. Le pire, dans tout ça, étant que les visiteurs furent dangereux sur les (trop) rares munitions qu’ils ont eues… "Nous nous sommes trompés sur la manière. Peut-être que nous sommes partis trop individuellement au lieu de rester en équipe", analysait Castets. "Dans tout ce que nous nous étions dit, nous sommes passés à travers", enchaînait l’ailier Yoann Huget.

Dès lors, que retirer de ce déplacement à Bayonne ? Pas grand-chose, à vrai dire. Si ce n’est que ce revers entraînera forcément une remise en question pour des Toulousains qui bénéficieront, d’ici peu, du retour des internationaux. Ce non-match sera-t-il bénéfique ? L’avenir nous le dira. "La saison est longue, rappelait Castets. Il ne faut pas se tromper de combat, ce n’est pas un sprint mais un marathon."

Pablo ORDAS
Voir les commentaires
Réagir