Réponse de champions

  • Peceli Yato a été omniprésent que ce soit en attaque ou en défense. Un prestation majuscule pour le troisième ligne fidjien de l’ASM Photo DDM
    Peceli Yato a été omniprésent que ce soit en attaque ou en défense. Un prestation majuscule pour le troisième ligne fidjien de l’ASM Photo DDM DDM / DDM JEAN MICHEL MAZET / DDM
Publié le / Mis à jour le

Une semaine après avoir failli à domicile, les Clermontois ont redressé la tête en décrochant leur premier point de bonus offensif de la saison. Une performance rendue possible par les prestations impressionnantes de cadres tels que Yato, Laidlaw et Moala.

Tout vient à point à qui sait attendre, comme dit le proverbe. Eh bien, les Clermontois auront donc patienté jusqu’à la dix-septième journée pour décrocher leur premier point de bonus de la saison. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que ce petit point en plus fait une grande différence dans les têtes : "Jusqu’à présent, il nous a toujours manquer ce petit truc en plus pour décrocher un bonus, qu’il soit offensif ou défensif, expliquait le manager Franck Azéma. Ce soir nous sommes parvenus à basculer du bon côté, et maintenant il faut y rester." Du côté des joueurs, la joie et le soulagement étaient palpables après seize journées sans bonus et surtout une défaite à domicile contre Bordeaux-Bègles : "Au lieu de rester dans le dur on a bombé le torse et c’est une très bonne chose, se félicitait le capitaine Alexandre Lapandry. Ce bonus est une très bonne opération. J’espère qu’à partir de maintenant, on va décrocher des points de bonus à tous les matchs. Cela peut être le tournant de notre saison. On va se faire un bon retour en bus et passer une semaine de vacances l’esprit libéré."

Et pour ne rien gâcher, les Auvergnats ont pu constater avec joie en regagnant les vestiaires que les autres résultats de la journée leur étaient favorables, avec les défaites de Montpellier à Pau et surtout du Stade toulousain sans le bonus chez le promu bayonnais, sans oublier l’humiliation subie par les Rochelais à l’Arena quelques heures plus tôt : "Ces résultats sont favorables, c’est bien mais on ne va pas s’enflammer, tempérait Lapandry. La semaine dernière, c’est nous qui n’étions pas dans une bonne position. Le championnat est encore long et dur, mais disons que cela tombe bien."

Yato, Laidlaw et Moala, les armes fatales

Alors, comment les Clermontois s’y sont pris pour redresser la tête d’une si belle façon ? D’abord, ils se sont appuyés sur une très belle conquête : la mêlée clermontoise a littéralement mis au supplice son adversaire. L’alignement a connu quelques flottements face à un contre agenais qui a encore prouvé qu’il était l’un des meilleurs de France, mais ces rares erreurs ont été largement compensées par leur supériorité physique sur la ligne d’avantage, qui a fini par faire craquer la défense agenaise : "Sans vouloir vanter nos qualités, je pense que nous sommes dangereux quand nous gardons le ballon. Nous l’avons fait en deuxième mi-temps et aujourd’hui cela a payé", reconnaissait Lapandry.

Une supériorité incarnée par deux hommes : le troisième ligne centre fidjien Peceli Yato et le centre néo-zélandais George Moala. Le premier a terminé la rencontre avec des statistiques ahurissantes : 18 ballons portés, 81 mètres parcourus, cinq défenseurs battus. Une performance sur laquelle les Clermontois comptaient cette semaine : "Je lui ai beaucoup parlé dans la semaine, pour le mettre en confiance, nous confiait le capitaine Lapandry. Parce que ce joueur, c’est un extraterrestre. Quand il est au maximum de ses possibilités il nous fait du bien et on l’a encore vu ce soir. Il a été très fort, il nous a fait avancer sur toutes ses prises de balles. Il a des qualités rugbystiques et physique hors normes." Même écho du côté de Franck Azéma : "Peceli est allé crescendo, il a besoin de rythme et de monter progressivement dans le match. Ce soir il a apporté beaucoup de confiance à l’équipe en marquant deux essais mais surtout en faisant avancer l’équipe sur la ligne d’avantage. Il apporte sa puissance et c’est ce que l’on attend de lui." Et pour ne rien gâcher, l’international fidjien a signé un 100 % en défense (13/13). Moala signa une prestation similaire au sein de la ligne d’attaque, avec 11 ballons pris, 63 mètres gagnés, deux franchissements et six défenseurs battus et un 7/7 en défense. Enfin, il fallait un chef d’orchestre pour ce concert de percussions ne vire pas à la cacophonie : et dans ce registre, le demi de mêlée écossais Greig Laidlaw a parfaitement battu la mesure : "Greig a été un vrai métronome aujourd’hui, il est très pragmatique et très efficace dans ce qu’il fait. C’est encore une bonne sortie pour lui", souriait Azéma. Bref, les champions de l’ASM sont au rendez-vous. Et c’est de bon augure alors qu’un quart de finale européen contre le Racing se profile à l’horizon…

Simon VALZER
Voir les commentaires
Réagir