Balle de break pour Perpignan

  • Mattéo Rodor (Perpignan)
    Mattéo Rodor (Perpignan) Icon Sport / Icon Sport / Icon Sport
Publié le / Mis à jour le

À huit journées du terme de la phase régulière, l'USAP a l'occasion de faire un grand pas vers son principal objectif : une place dans le top 2. 

Marquer les esprits et monter en puissance. Après un premier tiers de championnat plutôt poussif, et une deuxième partie assez pragmatique, Perpignan est plus que jamais lancé dans la dernière ligne droite.

À moins de trois mois des échéances capitales, les Sang et Or ont les yeux rivés vers un objectif qui ne les quitte plus : disputer une demi-finale à domicile. En quête d’un succès référence, ces derniers l’ont obtenu du côté de Biarritz, il y a deux semaines. L’Usap n’est définitivement plus la même équipe que celle qui fut battue à Rouen à la fin de l’été, puis bousculée au cours de l’automne, malgré nombre de succès. Deux défaites lors des onze derniers matches : sur le seul plan comptable, la bande à Mathieu Acebes imprime un rythme de leader, que seul Colomiers est parvenu à suivre. À huit journées du terme de la phase régulière, les écarts avec les poursuivants sont déjà significatifs. Perpignan compte dix-nuits points d’avance sur Vannes, premier non qualifié, et quatorze sur Biarritz, cinquième et barragiste à l’extérieur. Sauf méforme inattendue, Aimé-Giral accueillera une rencontre à élimination directe fin mai. Reste à savoir s’il s’agira d’un barrage ou d’une demi-finale. Pour ce faire, précision, potentiel et perfection rythment à présent le quotidien des Catalans. "Si on va chercher dans le détail, il y a un ou deux essais que l’on prend facilement, ainsi que trois ou quatre franchissements nets qui auraient mérité de finir derrière l’en-but, sur des choses que l’on répète à l’entraînement et qui, normalement, doivent aller au fond", déclarait Gérald Bastide au coup de sifflet final, vendredi dernier face au RNR.

Un succès déjà décisif il y a deux ans

Alors même que l’Usap venait d’enregistrer sa plus large victoire de la saison (57-12), les Catalans en veulent davantage, en quête de solides certitudes et de régularité, surtout, dans certains secteurs de jeu. "La victoire à Biarritz a validé tout le travail effectué depuis janvier. Ça prouve que l’on a su mettre tous les ingrédients pour gagner à l’extérieur. Maintenant, il va falloir refaire la même performance, en mettant la même intensité mais en étant encore plus discipliné", prévient Jean-Bernard Pujol. L’ailier et meilleur marqueur de l’Usap se souvient du dernier déplacement des Sang et Or sur la pelouse de Sapiac, en 2018, conclu par une victoire à l’arraché grâce à un essai d’Enzo Selponi dans les ultimes secondes. Un succès décroché à la même période de la saison, et qui avait permis aux Catalans de faire le break dans la course aux phases finales. "Il y a deux ans, on gagne vraiment à la fin, sur un coup de cul, un poteau et une relance que l’on joue bien. On y avait tout mis là-bas, c’était très accroché", tempère Pujol. Même si Perpignan reste sur une série de quatre succès consécutifs face à Montauban, l’obstacle tarn-et-garonnais n’est jamais simple à franchir. D’autant qu’après avoir battu Oyonnax et Grenoble dernièrement, l’USM devrait mettre tout en œuvre pour conclure un sacré triptyque à domicile.

Émilien VICENS
Voir les commentaires
Réagir