Biarritz Olympique : Léo le revenant

  • Léo Bastien a connu une année noire minée par les blessures. Après avoir rejoué à Grenoble, le deuxième ligne du Bo devrait enchaîner contre Nevers. Photo PO
    Léo Bastien a connu une année noire minée par les blessures. Après avoir rejoué à Grenoble, le deuxième ligne du Bo devrait enchaîner contre Nevers. Photo PO
Publié le / Mis à jour le

Léo Bastien ancien joueur d’Agen formé à Dijon a passé plus d’un an sans jouer. Le voilà de retour, plus déterminé que jamais à Biarritz. 

Sa longue traversée du désert a donc pris fin jeudi dernier. 398 jours qu’il attendait cela. Depuis janvier 2019, le parcours de Léo Bastien a été semé d’embûches. Il y a d’abord eu des commotions à répétition. "J’en avais fait deux, précise-t-il. Après un long arrêt, j’étais sorti sonné d’un match. Je n’ai jamais eu aucun vomissement ou perte d’équilibre, mais nous avions préféré ne pas prendre de risque." Le garçon de 26 ans a pris le temps. Mais la chance en 2019 n’était pas avec lui. À quatre jours de la reprise et des premiers matchs amicaux, cet été, l’ancien international des moins de 20 ans se blessait à l’épaule. Rebelote. Passage sur le billard à Toulouse et longue absence à prévoir. "À la seconde où on se fait mal, la première chose à laquelle on pense, c’est notre date de reprise, raconte le garçon passé par le Pôle de Dijon. Les chirurgiens m’avaient dit que je devais reprendre pour la 24e journée. J’ai repris à la 22e, j’ai gagné du temps. Dès que je me suis fait mal, je n’ai pensé qu’à ça, en étant plutôt positif. C’est sûr qu’il y a des jours où tu te dis "ça fait chier", des moments où tu as un pincement au cœur quand tu vois les autres jouer, mais j’ai toujours gardé dans un coin de ma tête qu’il y a un moment où j’allais pouvoir les aider."

Deux mois pour (re)faire ses preuves

Redevenu joueur de rugby jeudi dernier au Stade des Alpes, il a livré une prestation plus que correcte après treize mois sans jouer. "Ça fait beaucoup de bien à la tête" reconnaît-il. À Grenoble et en l’absence de Dave O’Callaghan, Bastien a également repris le capitanat de la touche, une responsabilité qu’il avait récupérée dès son arrivée au BO, en 2016. Malgré toutes ces semaines loin des terrains, les automatismes semblent être toujours là. Prometteur sous l’ère Darricarrère (2016-2017), cadre de l’équipe sous la direction de Quesada (2017-2018), le numéro quatre repart néanmoins à zéro cette saison. Ou presque. Le malheur des uns fait le bonheur des autres et, pendant sa blessure, Backhouse s’est révélé, Olmstead s’est installé. "J’arrive sur le dernier tiers de la saison. J’ai tout à prouver, que ce soit à moi-même, au staff ou à mes coéquipiers concède-t-il. Quand tu t’arrêtes longuement, tu ne peux pas te reposer sur des choses faites par le passé. Je redémarre d’assez bas, sur l’échelle." Désormais, l’enfant de Metz a deux mois pour faire ses preuves. Son bail avec Biarritz arrive à terme au mois de juin prochain. Son avenir dépendra de ses prochaines performances. "Je savais qu’après un arrêt très long, comme ça, en fin de contrat, l’obligation était, pour moi, de rejouer au rugby. C’est désormais chose faite. En fonction de ce que je fournis sur le terrain, on verra ce qui en découle."

Pablo ORDAS
Voir les commentaires
Réagir