Mathy : responsable qualité

  • Malgré son petit gabarit, Maxime Mathy s’affirme au centre du terrain comme une valeur sûre de l’USM qui connaît pourtant une saison agitée. Aussi, les récents succès contre Oyonnax et Grenoble ont apporté de nouvelles certitudes. Photo Stéphanie Biscaye
    Malgré son petit gabarit, Maxime Mathy s’affirme au centre du terrain comme une valeur sûre de l’USM qui connaît pourtant une saison agitée. Aussi, les récents succès contre Oyonnax et Grenoble ont apporté de nouvelles certitudes. Photo Stéphanie Biscaye
Publié le / Mis à jour le

Cadre du vestiaire, l’ancien Dacquois, Maxime Mathy est propulsé capitaine et chargé des tirs au but en l’absence de Stéphane Munoz et Jérôme Bosviel.

Finalement, la situation n’étonne guère. Voir Maxime Mathy à ce niveau de responsabilités est logique, tant l’investissement du garçon est irréprochable. il est l’un des éléments les plus fiables d’une équipe qui traverse une saison pleine de secousses. "Il y a eu plein de petits événements qui nous ont pourris la saison, confirme le centre. Beaucoup de blessés, cet épisode de staphylocoque qui nous a reporté deux matchs… C’est la première saison aussi folle que je vis. Et pourtant en cinq ans à Dax j’ai connu cinq entraîneurs…"

Parmi ces pensionnaires de l’infirmerie, on compte Stéphane Munoz, habituel capitaine à Sapiac, fracturé au coude. Le flanker, qui devrait revenir pour la réception de l’Usap, a laissé donc le poste à responsabilités à "Max" Mathy. Celui-ci n’y voit pourtant pas un surplus de pression : "C’est une belle récompense mais ça reste anecdotique car sur le terrain tout le monde a en tête ce qu’il doit faire. Le capitaine est là pour amener l’équipe vers l’avant mais les leaders de l’équipe l’aident." Les leaders, d’ailleurs, ont changé à l’intersaison. Exit les Amédée Domenech, Vungakoto Lilo, Pierrick Esclauze, désormais les cadres du vestiaire n’ont pas tous la trentaine et s’appellent Mathy, Munoz, Chaput et Bosviel. Ce dernier, souffrant de l’acromio, sera vraisemblablement absent, ce qui fait du joueur de 27 ans le buteur désigné de l’USM.

Formé aux tirs au but par Dourthe

Depuis la sortie sur blessure du joueur phare de Sapiac contre Grenoble, le centre pouvant jouer à l’ouverture a assuré à l’exercice, avec un taux de réussite quasiment égal à l’artilleur numéro 1 (75 % contre 74 %). Mais ce n’est pas assez : "Il faut prendre en compte aussi le nombre de coups de pied tentés. Contre Carcassonne j’ai fait 3 sur 6 et c’est mauvais à ce niveau." Il faudra donc faire mieux. Pour cela, Mathy peut s’appuyer sur une formation de haut niveau. "Quand j’étais à Dax Richard Dourthe m’a beaucoup appris sur le tir au but. Aujourd’hui j’applique le mieux possible ses conseils et ceux de Jérôme (Bosviel, N.D.L.R.) avec qui je m’exerce." Contre Perpignan, la précision sera plus décisive que jamais. "Vu le temps qu’on a depuis le début de semaine et l’état des terrains, il n’y aura pas de grandes envolées", ajoute-t-il, amusé. "Il a les épaules pour prendre ces responsabilités-là, rassure Jeff Dubois, entraîneur des trois-quarts. Il avait bien pris le relais contre Grenoble."

Le jeu au pied d’occupation devrait aussi être une arme stratégique de Montauban, telle que ça l’a été - avec succès - contre deux autres "gros", Oyonnax et Grenoble. Le profil de Mathy (1,78 m, 83 kg) sera donc précieux, associé tel un deuxième ouvreur à Aviata Silago, qui attaque plus la ligne.

Le simple fait de jouer à Montauban est "un honneur" pour le natif de Lons-le-Saunier, alors il savoure son plaisir, tant ses chances de jouer dans la cuvette étaient restreintes au début. " Je signe à Montauban par l’intermédiaire de Xavier Péméja alors que je n’avais pu jouer que cinq rencontres la saison d’avant à cause des blessures", se souvient celui qui a signé à 18 ans sa première feuille de match professionnel. Cette rencontre de haut vol sera donc pour lui l’opportunité de confirmer son ascension.

Voir les commentaires
Réagir