Rouen : déjà une finale !

  • L'équipe de Rouen doit gagner ses matchs à domicile
    L'équipe de Rouen doit gagner ses matchs à domicile Icon Sport / Icon Sport / Icon Sport
Publié le / Mis à jour le

Rouen n’a plus vraiment le choix, il faut au moins gagner ses matchs à domicile. En recevant Mont-de-Marsan, les Normands savent que ce match est à leur portée. Mais le savoir et le faire, c’est une autre affaire.

Dans son malheur à Perpignan, avec une très lourde défaite, Rouen a eu la joie de voir ses concurrents directs (Valence-Romans et Aurillac) perdre aussi lourdement. On est donc sur un statu quo de fait, mais il ne reste que huit matchs pour prendre au moins la 14e place à Aurillac. C’est le seul objectif des Normands, et pour cela il faut battre Mont-de-Marsan.

Les Landais ne sont pas en grande forme non plus, avec deux défaites sur les trois derniers matchs, dont la dernière à Béziers avec plus de cinquante points dans la musette, et une farandole de blessés. Certes, Mont-de-Marsan avait envoyé une équipe très remaniée, mais pas forcément par choix, notamment en première ligne, où l’équipe semble totalement démunie, à cela s’est ajouté les blessés du week-end. Alors quelle équipe va venir à Rouen, c’est la grande question.

On s’attend à un vrai combat devant, car le terrain va vite s’abîmer, Rouen a des arguments à faire valoir. Ce qui a marché à Perpignan, c’est d’avoir marqué deux essais dans les moments forts. C’est donc ce qu’il faudra répéter, creuser l’écart et vite se mettre à l’abri de tout retour possible.

Les mauls seront une clé

Mont-de-Marsan a souffert sur les mauls face à Béziers, et Rouen a très bien travaillé ses séquences ces dernières semaines. Ça sera donc un élément à ne pas négliger. Richard Hill l’a répété toute la semaine, accrocher la victoire avant tout, en marquant quand "on est dans le camp adverse ", et à ceux qui lui parlent de bonus offensif possible, il répond de façon lapidaire : "Face à Colomiers, à 29-19 pour nous à la 75e, les joueurs ont voulu aller chercher le bonus offensif, alors que je leur demandais de sortir de notre camp et de ne pas être sous pression. À la cloche, on avait pris deux essais et on perdait le match. C’est une leçon qui doit nous servir."

Ce qui est sûr, c’est que le public sera présent à Mermoz. Il ne reste qu’une poignée de places, et l’appel à l’union sacrée semble avoir été entendu. Ce soutien devrait booster les Normands, qui quoiqu’il arrive, sont encore en course, et voudront partir en semaine de vacances la tête légère.

Gaël LECOEUR
Voir les commentaires
Réagir