Sérieux chocs à Durban entre les Sharks et les Jaguares

  • Face à des Jaguares en pleine forme, les Sharks de Lukhanyo Am se doivent de marquer leur territoire. Un sérieux teste pour la franchise de Durban, que d’aucuns voient déjà en finale. Photo Icon Sport
    Face à des Jaguares en pleine forme, les Sharks de Lukhanyo Am se doivent de marquer leur territoire. Un sérieux teste pour la franchise de Durban, que d’aucuns voient déjà en finale. Photo Icon Sport Spi / Icon Sport / Spi / Icon Sport / Spi / Icon Sport
Publié le / Mis à jour le

Sharks - Jaguares : l’opposition fait saliver tout le monde. Les brillants argentins vont-ils se briser sur la défense des requins ?

Les Jaguars sont une équipe en forme, comme ils l’ont montré en inscrivant six essais aux Bulls sur la pelouse du Loftus Versfeld de Pretoria (victoire 36-24). Une démonstration assez impressionnante des hommes commandés la semaine passée par le centre Jeronimo De la Fuente avec à l’ouverture le Racingman furtif, Joaquin Diaz Bonilla. Tous les fans de rugby sud-africain se demandent ce que va donner leur affrontement avec les Sharks à Durban. Ces derniers sont passes maîtres dans l’art du contre, pour briser les attaques adverses et placer des turnovers meurtriers. Gonzalo Quesada n’a pas caché qu’il avait beaucoup travaillé sur la défense de la franchise de l’océan Indien qui reste sur trois victoires en quatre matchs lors de sa mini-tournée dans le Pacifique. "On ne gagne pas comme ça, par hasard, en Nouvelle-Zélande et en Australie et nous avons bien senti combien ils avaient confiance en leur style. Leur rush defense sera bien sût notre première source de réflexion. De plus, ils sont bien plus puissants que nous. Alors, il faudra être très intelligent", a poursuivi l’ancien entraîneur du Stade français.

Une jeunesse euphorique

Le climat de Durban peut s’avérer très chaud et humide en mars. Mais on annonce une température assez acceptable, aux alentours de 27° C au Kings Park et il y aura aussi du soutien populaire pour aider les hommes de Robert Du Preez. Mais les joueurs argentins savent bien supporter la pression et l’ont montré à Pretoria car leur match ne fut pas aussi confortable que le score le suggère. "Ne vous y fiez pas. Nous avons subi des moments difficiles où il a fallu faire preuve de caractère. Et si nous avons montré de bons schémas offensifs, nous avons surtout fait preuve de caractère. Parce que les Bulls à domicile, c’est une formation qui a beaucoup de fierté et, par moment, je me suis fait du mauvais sang. Mais les événements ont tourné en notre faveur," poursuivait Quesada, assez satisfait de la production des jeunes à qui il a fait confiance ces dernières semaines. "C’était un risque, je le reconnais, mais nos paris ont réussi. J’ai envoyé le signal que personne n’est propriétaire de ce maillot…"

Les Sharks en forme

Cette franchise sœur de l’équipe nationale sud-américaine semble partie pour une deuxième bonne saison d’affilée. Elle a gagné trois matchs sur cinq en passant 38 points aux Lions et 43 aux Reds au stade José-Amalfitani, qu’ils partagent avec le Velez Sarsfield. à l’extérieur, l’équipe s’est bien comportée, chez les impressionnants Stormers notamment (défaite 17-7); son seul couac reste ce court revers à domicile face aux Hurricanes. Mais de ce duel avec les Sharks et leur quatre victoires en cinq matchs sortira forcément une vérité. Les coéquipiers du centre champion du monde Lukhanyo Am semblent partis eux aussi pour une grosse saison et certains imaginent même une finale 100 %, pourquoi pas contre les Stormers ?

On n’en est pas encore là, bien sûr. Mais la vitesse actuelle du jeu des Sharks est devenu un spectacle en soi, surtout quand on pense que Makazole Mapimpi avait été laissé au repos à Brisbane. L’ouvreur buteur Curwin Bosch a montré toute sa rigueur. Et la volonté de briser la malédiction (quatre finales perdues) est toujours là.

Ken Borland
Voir les commentaires
Réagir